Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 21:32
Il y a quelques semaines un jugement condamné la "célébre" firme Monsanto

 ans après des plaintes déposées par Eau & Rivières de Bretagne et l’UFC-Que Choisir et l’interpellation du Bureau de l’homologation des produits phytosanitaires et des services de la répression des fraudes par la Maison de la consommation et de l’environnement, le désherbant Roundup, premier désherbant vendu en France et dans le monde, a été jugé devant la 5e chambre du tribunal correctionnel de Lyon en décembre 2006.
Les dirigeants des sociétés MONSANTO (producteur du Roundup) de SCOTTS France (distributeur du Roundup) ont été condamnés le 26 janvier 2007 par le tribunal correctionnel de Lyon à 15 000 € d’amende, et diverses peines de publicité complémentaire pour publicité mensongère. Le 29 octobre 2008, la cour d'appel de Lyon a confirmé la culpabilité des 2 dirigeants et confirmé les peines infligées aux entreprises. Les deux dirigeants et les deux entreprises ont formé un pourvoi en cassation à l’encontre de l’arrêt de la cour, pourvoi qui devrait être examiné fin 2009.
Sur 6 produits Roundup, les étiquettes présentaient des allégations environnementales telles que notamment :
- 100% biodégradable ou biodégradable
- propre
- respecte l’environnement
- efficacité et sécurité pour l’environnement
- utilisé selon le mode d’emploi RoundUp, ne présente pas de danger particulier pour l’homme et les animaux domestiques.

Sur l’étiquette est à la fois inscrit : « respecte l’environnement » et « R51/53 : toxique pour les organismes aquatiques ».

De plus, la diffusion de message publicitaire abusivement rassurant sur l’innocuité du Roundup a conduit à une augmentation considérable des ventes de ce pesticide chez les particuliers, mais aussi chez les agriculteurs et les collectivités. On ne compte plus les fossés, bords de cours d’eau, abords de puits, terrasses et allées... désherbés au Roundup. Des surfaces particulièrement sensibles au ruissellement ou directement connectées à nos ressources en eau. Aujourd’hui, l’AMPA (métabolite du glyphosate) et le glyphosate sont respectivement les 1er et 3e types de pesticides les plus détectés dans les ressources en eau.

Et toujours dans l'ouest de la France maintenant c'est une équipe de chercheurs de l'Université de Caen qui vient de publier une étude sur ce dangereux herbicide:

Selon le chercheur de l'université de Caen rattaché au Comité de recherches d'informations indépendantes sur le génie génétique (Crii-gen), le Roundup est si efficace qu'il est dangereux pour la santé humaine, même à une dose infinitésimale. Gilles-Eric Séralini confiait à l'AFP qu'il a "travaillé sur des cellules de nouveau nés avec des doses de produits 100 000 fois inférieures à celles avec lesquelles le jardinier lambda est en contact. Les différents types de Roundup programment la mort des cellules en quelques heures". L'universitaire précise que les femmes enceintes et les personnes faibles sont exposées à des risques. De l'allergie au cancer, on a le choix. Mais, toujours selon Séralini, des études épidiémologiques seraient nécessaires pour préciser le type de maladies qu'une personne peut contracter au contact du désherbant.


Des cris d'alarmes sont lancés depuis des années également à l'étranger ou cet herbecide est largement utilisé
A quand l'interdiction de ce produit ?

Afficher l'image en taille réelle                                                           Afficher l'image en taille réelle

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article

commentaires

Follow Decodurable on Twitter