Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 08:01
Tiré du figaro du 16/06/09

Extrait du film Home de Yann Arthus-Bertrand, mis à l'honneur sur un des sites des Nations unies.


Extrait du film Home de Yann Arthus-Bertrand, mis à l'honneur sur un des sites des Nations unies. Crédits photo : RIA Novosti
Cette institution aura pour objectif de lutter contre le «dumping environnemental».

Les thèmes environnementaux ne sont pas seulement redevenus porteurs pour la politique intérieure. Nicolas Sarkozy en fait désormais un cheval de bataille à l'international. Quitte, au passage, à marcher sur les traces de son prédécesseur. «Lorsque nous serons parvenus, à Copenhague, à un accord ambitieux sur le climat, il faudra que soit créée une véritable organisation mondiale de l'environnement, en mesure de faire appliquer les engagements qui auront été pris», a martelé Nicolas Sarkozy. En février 2007, Jacques Chirac avait proposé de lancer une «organisation internationale» de l'environnement. Mais à l'époque, la France voulait simplement placer cette organisation sous l'égide de l'ONU. Le projet, brièvement évoqué par Nicolas Sarkozy lundi à Genève, apparaît plus ambitieux sur la forme, comme sur le fond.

Sur la forme, alors que Jacques Chirac pensait d'abord créer un régulateur avant d'avoir défini les principes environnementaux mondiaux, l'Élysée veut, à l'inverse, d'abord, «faire de la politique», et ensuite parler technique. «Nous sommes totalement concentrés sur la réunion de Copenhague dans le but d'y obtenir le meilleur accord possible», explique-t-on dans l'entourage du chef de l'État. «Une fois que nous aurons obtenu cet accord, nous devrons alors engager une réflexion sur la mise en place d'une organisation capable de le faire respecter.»

 

Sans oublier la taxe «Tobin»

 

Même si le débat n'en est qu'à ses prémices, l'Élysée voudrait que cette OME regroupe les bribes d'organisations internationales chargées de promouvoir l'environnement, dont le programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue). Cette dernière regroupe une soixantaine de pays et - clin d'œil à la France - son site Internet consacre un long développement au film Home de Yann Arthus-Bertrand, que Nicolas Sarkozy a recommandé «à chacun» de voir.

Sur le fond aussi, Paris veut franchir un palier supplémentaire. «La future organisation mondiale pour l'environnement serait obligatoirement saisie en matière de dumping environnemental», a précisé le président de la République, mettant l'OIT, l'OMC et cette OME au même rang. Chacune de ces organisations serait chargée de faire respecter les règles dans son domaine de compétence.

Enfin, toutes les interventions du FMI ou de la Banque mondiale devront être soumises à une «conditionnalité» environnementale. Pas question d'aider un pays «sans lui demander de respecter des règles élémentaires en matière d'environnement, de droit du travail ou de santé publique», prévient Sarkozy.

Le chef de l'État a tenu à rappeler son attachement à la mise en place d'une taxe carbone, «condition d'une concurrence loyale et d'un effort partagé pour sauver la planète». Sarkozy s'est également dit favorable à la poursuite de la réflexion sur la taxe «Tobin», destinée à prélever un tout petit pourcentage sur les échanges monétaires mondiaux pour financer l'aide au développement. Une idée qui avait déjà été étudiée sous la présidence de Jacques Chirac et qui avait débouché sur une taxe sur les billets d'avion

» Sarkozy prône une «révolution» du travail

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article

commentaires

Follow Decodurable on Twitter