Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 07:43
Tiré du figaro du 22/06/09:



État, entreprises et centres de recherche unissent leur force pour présenter dans deux ou trois ans leurs premières voitures «décarbonées».

Blouse blanche, masque sur le nez, chaussures protégées… Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno respectivement ministre et secrétaire d'État à l'Écologie se sont volontiers prêtés, à la fin de la semaine dernière, aux règles de sécurité de l'usine Saft située à Nersac, en Charente. Une visite effectuée au côté de Ségolène Royal, la présidente de la Région, qui n'avait qu'un objectif : insister une fois encore sur l'idée que la France est en train de rattraper à grands pas son retard sur les voitures de demain : celles qui rouleront sans pétrole ou presque, hybrides ou électriques.

À Nersac, Saft vient de lancer la première ligne occidentale de production de batteries lithium-ion pour ce marché. «Une des techniques parmi les plus performantes à ce jour, notamment en matière d'autonomie», explique-t-on dans l'entourage des ministres. Mais, dans cette bataille technologique, Jean-Louis Borloo a bien l'intention de ne laisser aucune filière de côté : batterie lithium polymère, batterie lithium phosphate, «il ne faut rien négliger», estime le ministre tant l'enjeu industriel est important. La compétition est forte sur le marché de ces voitures «décarbonées». «La France va gagner cette bataille», ne cesse de clamer le ministre. «Quand elle se met en ordre de marche, elle est impossible à arrêter», s'enthousiasme-t-il. Méthode Coué ?

Les problèmes à régler autour de la voiture électrique sont encore considérables. Outre la question de l'autonomie des batteries, il y a celle de leur longévité. «Il faut dépasser le cycle des mille recharges», souligne Jean-Louis Borloo. Il y a également le problème du prix : «Aujourd'hui, elles coûtent autour de douze mille euros», ajoute Chantal Jouanno, ce qui renchérit considérablement le prix de véhicules, qui s'affichent à des montants encore prohibitifs. Sans oublier la question du recyclage.

Les infrastructures sont une autre préoccupation : «On estime qu'il faut 2,5 prises pour un véhicule», commente un expert. Autrement dit, il faut pouvoir recharger la batterie au domicile et au bureau et qu'une offre supplémentaire existe sur la route empruntée. Or, à ce jour, ce qui est envisageable pour des maisons individuelles et des bureaux équipés de parkings se transforme vite en casse-tête lorsqu'il s'agit d'immeubles collectifs. Ce qui est possible en ville en raison des faibles distances parcourues devient vite un problème complexe à la campagne… Sans compter que les voitures devront être équipées de prises normalisées non seulement en France mais en Europe.

 

Programme d'achats publics

 

Onze projets de recherche sur la voiture propre sont actuellement financés à hauteur de 500 millions d'euros par l'État via le Predit (programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres) et le fonds démonstrateur de l'Ademe (agence de la maîtrise de l'énergie), mais également par des constructeurs ou équipementiers, des grands comme Michelin, Renault, Peugeot ou Toyota, mais aussi des plus petits comme Heuliez ou Aixam. Des centres de recherche aussi performants que le CEA (Commissariat à l'énergie atomique), l'IFP (Institut français du pétrole) et l'École des mines sont également à leur côté. Il s'agit de projets sur des moteurs intégrés dans les roues, sur des voitures hybrides électriques et thermiques, sur des systèmes de chauffage et de climatisation optimisés pour consommer moins, ou encore sur le Stop & Start…

Jean-Louis Borloo se veut serein : «Je souhaite qu'il y ait 15 % des ventes dans les deux ou trois ans, qui correspondent à des voitures décarbonés», affirme-t-il. Soit quelque 300 000 voitures. D'ores et déjà, le gouvernement a prévu un programme d'achats publics de 100 000 véhicules propres dans les quatre ans qui viennent et lancé un plan d'infrastructure de recharges pour les véhicules électriques avec 5 millions de raccordements dans les trois ans.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article

commentaires

yl74 25/06/2009 12:09

Rappelons que la voiture électrique ne peut s' envisager sans une augmentation considérable de centrales... nucléaires ? solaires ? éoliennes ?...
On constate qu'il n'y a toujours pas de projet français ambitieux du côté de ces deux dernières énergies...

Follow Decodurable on Twitter