Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 08:49
Pour les personnes qui doutent encore du réchauffement climatique,voici un nouvel exemple venu du Québec

E
n 2050, le recul du trait de côte dans l'archipel des îles de la Madeleine, au Québec, "devrait être de 80 mètres pour les côtes basses sablonneuses et de 38 mètres pour les falaises rocheuses". Ce scénario catastrophe est tiré d'un rapport publié en juillet 2008 et rédigé par 250 scientifiques du consortium québécois Ouranos, qui ont étudié les impacts du changement climatique sur les côtes et les communautés du golfe du Saint-Laurent, dont plus de 70 % du littoral est touché par l'érosion. Ce phénomène naturel est amplifié par certains facteurs climatiques : hausse du niveau de la mer, forte perte du couvert hivernal de glace, perturbation des cycles gel/dégel et intensification des tempêtes hivernales.

Cet archipel de 203 km2, situé en plein coeur du golfe est composé d'une douzaine d'îles. Un tiers de son territoire formé de cordons dunaires et sédimentaires ceinturant des lagunes et reliant six îles, est particulièrement vulnérable. L'archipel a des kilomètres de plages et de magnifiques falaises de grès rouge. "Tout indique qu'elles vont perdre, par tranche de dix ans, 1 % de territoire utile pour le bâti, sans compter le retrait des dunes et l'érosion des falaises", constate Guglielmo Tita, directeur général du Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes.

La glace hivernale joue de moins en moins son rôle de tampon, diminuant d'année en année, surtout à l'ouest de l'archipel, indique le rapport d'Ouranos. "Durant l'hiver 2007-2008, explique Guglielmo Tita, les glaces ont été présentes deux semaines seulement". Du coup, "les tempêtes hivernales frappent plus durement le littoral", contribuant à un cocktail explosif pour l'érosion, avec davantage de pluies diluviennes et de périodes de gel et de dégel.

Des brèches apparaissent dans les dunes. La température des lagunes augmente, mettant en péril les élevages de moules et pétoncles. Ces milieux humides, à la biodiversité très riche, sont en péril. "Sans compter, note Catherine Denault, directrice générale de l'association Attention FragÎles, que les milieux dunaires et humides protègent la nappe phréatique, seule source d'eau potable de l'archipel !"

UN PLAN DIRECTEUR

Le problème de l'érosion est connu depuis longtemps, mais le rapport d'Ouranos a réveillé les consciences citoyennes et politiques. "Les îles, estime M. Tita, sont exemplaires dans le domaine de la concertation entre acteurs du milieu, experts scientifiques et gouvernements en vue de mettre en place des stratégies de prévention ou d'atténuation de l'érosion."

Le gouvernement québécois a signé, il y a un an, un accord avec la municipalité pour financer des "travaux d'analyse de solutions". Le comité de coordination technique mis en place termine la rédaction d'un plan directeur et a déjà identifié six secteurs d'intervention prioritaires. Dans certains cas, il faudra déplacer des maisons, mais on craint aussi pour l'hôpital local et un cimetière, situés en zone à risque. Dans d'autres cas, une stratégie de défense s'impose.

"On cherche encore des solutions, reconnaît M. Tita. L'enrochement en est une, mais on ne fait que déplacer le problème d'érosion ailleurs. On songe à poser des épis rocheux ou en bois pour piéger les sédiments, mais la solution la plus écologique serait de recharger massivement en sable les côtes les plus menacées. Pour les falaises, il n'y a parfois rien à faire, sinon retirer les bâtiments menacés. On pourrait peut-être, cependant, soutenir quelques falaises à l'aide d'un mélange sable ciment."

Certains s'activent déjà. Attention FragÎles a lancé, le 20 juillet, un programme de restauration des dunes, baptisé "J'y mets mon grain de sable". De septembre à novembre, des groupes de dix à quinze personnes installeront des capteurs dans les brèches des dunes et planteront des ammophiles, des végétaux, pour les stabiliser. Une autre organisation a mis en oeuvre, avec l'aide de la compagnie Hydro-Québec, un plan de rationalisation des accès aux lagunes.

Les autorités misent aussi sur des échanges avec la France : les îles de la Madeleine sont jumelées avec l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon et avec le département de la Manche. Une première rencontre sur l'érosion a été organisée en mai à Saint-Pierre-et-Miquelon et une autre aura lieu du 19 au 25 août dans la Manche. "C'est une formidable occasion de voir ce qui se fait ailleurs et d'identifier les meilleures stratégies d'adaptation et de défense contre l'érosion", assure M. Tita.

Tié du Monde

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Follow Decodurable on Twitter