Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 09:18






Hier en faisant une balade sur les bords du canal d'Orléans je suis tombé sur cette fleur dont je ne connais pas la nom .
De couleur mauve poussant à proximité de l'eau ,elle ressemble étrangement à un crocus,mais bon je ne sais pas trop !
Quelqu'un peut-il me renseigner sur le nom de cette plante ?




Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 06:53
A l'approche de l'automne et donc des premiers froids la question d'une maison bien isolée se pose.
Pendant des années les isolants proposés furent la laine de verre ou bien encore la laine de roche,isolants très polluants et gourmands en énergie à fabriquer.
Il existe désormais toute une palette d'isolants écologiques et performants dont voici la liste non exhaustive:

Isolation au chanvre

Le chanvre a deux principaux avantages : il consomme peu d’énergie et de ressources du sol lors de sa croissance et ne nécessite aucun pesticide ou insecticide. Il est présent dans le domaine de l’isolation de maison sous forme de rouleaux, panneaux ou granulas. Il isole parfaitement les combles ou les murs des maisons. L'autre avantage,la France est un des principaux pays producteur !

Isolation au lin

Le lin a la particularité d’être peu exigeant en pesticides et en engrais. Même s’il s’avère moins performant en terme écologique, il est aussi habituellement 3 à 4 fois moins cher que le chanvre. C’est donc un produit à la fois économique et bon pour l’environnement.

Isolation à la laine de mouton

La laine de mouton est également un très bon isolant, tout spécialement dans les endroits irréguliers ou difficiles d’accès. Avant d’être utilisé comme isolant, la laine de mouton doit être traitée contre les insectes. Le produit utilisé pour traiter la laine de mouton est sensé être non toxique, mais concrètement peu d’études semblent avoir été faites sur le sujet. Gros avantage de la laine de mouton : elle est très abordable et surtout ininflammable.

Isolation au liège

Le liège semble le matériau parfait. Il isole très bien tout en étant une protection naturelle contre les insectes, les rongeurs et le bruit. Il est à la fois très léger, mais résiste au compressions si nécessaires. Le seul hic, c’est que l’isolation au liège s’avère assez couteuse.

Isolation au bois

Saviez vous que vous pouvez également isoler votre maison directement au bois ? Grâce à de la fibre de bois ou de la laine de bois reconstituée en usine vous pouvez avoir une maison 100% bois si l’envie vous prend. On dit du bois qu’il respire et qu’il constitue un environnement très sain.

Voilà donc un bref aperçu des différents matériaux les plus utilisés en terme d’isolation de maison écologique. En espérant que cela vous donnera envie d’en savoir plus, et qui sait peut être de passer au vert pour l’isolation de votre habitation !

Maintenant à vous de jouer et de choisir l'isolant qui colle le mieux à vos besoins et à votre budget.
Encore un geste simple qui permettra de préserver notre planéte

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 06:45

Lors de la troisième Conférence mondiale sur le climat, Ban Ki-moon et les ONG ont souligné les risques de montée des eaux, qui menacent des villes comme Shanghai, Tokyo ou Calcutta.

«L'Arctique se réchauffe plus vite que le reste de la terre. Il pourrait n'y avoir plus de glace d'ici 2030» : ce cri d'alarme, Ban Ki-Moon, à peine rentré d'une tournée d'inspection au Pôle Nord, l'a lancé jeudi à Genève devant la troisième Conférence mondiale sur le climat.

Le Secrétaire Général des Nations Unies a décrit avec angoisse le scénario qui attend la planète si aucune action drastique n'est entreprise à très court terme.

Les émissions à effet de serre s'accélèrent. Le permafrost de la calotte glaciaire a amorcé son dégel et pourrait libérer dans l'atmosphère vingt fois plus de méthane qu'il n'y a de gaz carbonique. La mer Arctique est désormais libre de glace et ouverte à la navigation. La disparition des glaciers du Groenland menace d'altérer le cours du Gulf Stream. En un siècle, le niveau de la mer pourrait s'élever de un à deux mètres. Des métropoles comme Le Caire, Karachi, Calcutta, Belem, la Nouvelle Orléans, Shanghai, Tokyo et même Amsterdam sont menacées.

La disparition de la banquise aurait des conséquences planétaires désastreuses. «Elle accélèrera les changements climatiques globaux», déclare Ban Ki-Moon. «Un quart de l'humanité pourrait souffrir d'inondations», renchérit le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), en marge de la conférence.

Pour Rajendra Kumar Pachauri, président du GIEC, la structure intergouvernementale sur le climat qui a reçu le prix Nobel de la Paix en 2007, un tiers des espèces vivantes, animales et végétales, risque d'être anéantie si la température s'élève, comme c'est probable, de plus de 1,5 degré : «dans certains pays africains, le stress hydrique provoque la perte de la moitié de la production agricole».

Les conséquences se font déjà sentir. A cette conférence scientifique organisée par l'Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM), le premier ministre de Niue a raconté sobrement comment son île, perdue en Océanie, doit importer la totalité de son eau potable de Nouvelle-Zélande.

Le vice-président de Tanzanie Ali Mohamed Shein a dit sa préoccupation devant l'état des neiges éternelles du Kilimandjaro, réduites d'un quart, et dont la disparition provoquerait une catastrophe.

Des pays écologiquement «vertueux» comme le Bangladesh, le Mozambique, la Tanzanie partagent les mêmes appréhensions. «Le réchauffement climatique est la principale menace à la croissance et au développement durable de l'Afrique, bien que ce continent contribue de manière négligeable à la pollution mondiale», a lancé le président éthiopien Girma Wolde Giorgis.

La Chine a réaffirmé pour sa part qu'elle se sentait «engagée par le principe de responsabilités partagées, mais différenciées», une allusion au fait qu'on ne saurait lui imposer les mêmes réductions des sources de pollution qu'aux pays occidentaux : «nous demandons à la communauté internationale de protéger la planète terre», a lancé son vice-premier ministre Hui Liangyu.

Pour le secrétaire général de l'ONU qui a convoqué à New York le 22 septembre un sommet pour préparer la grande conférence de Copenhague en décembre, cinq objectifs sont prioritaires : investissements publics et transferts massifs de technologie, réduction drastique des pollutions, protection globale des forêts et des écosystèmes.

Il estime «trop lent» le consensus politique pour une action globale : «il ne nous reste que quinze jours de négociations avant Copenhague. La planète ne peut se permettre un échec».

extrait du figaro

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 06:39
tiré du Figaro:

• C'est fini, je jette l'éponge. Ces six semaines de test ont pourtant été plutôt concluantes mais c'est décidé : j'envoie mes vers au vert. Ils vont poursuivre leur existence dans le vaste composteur de jardin de mon beau-père, en région parisienne. Ils n'ont pas démérité et je peux clairement attester que oui, faire son compost en ville avec des vers de terre, c'est possible. Il n'empêche, je ne suis pas encore mûr pour la cohabitation au quotidien. En fait, c'est surtout un problème d'espace. Dans un appartement où chaque mètre carré est rationalisé et optimisé, est-ce bien raisonnable d'en réserver un à ces remuantes bestioles ? Ma collection d'Eisenia Fœtida (leur doux nom scientifique) ne m'a causé aucun désagrément violent mais mes satisfactions, en dehors d'avoir mené à bien mon projet, ne sont pas phénoménales non plus. Pour se lancer dans l'aventure mieux vaut donc être un écolo convaincu et estimer que réduire le volume de sa poubelle mérite bien ces efforts.

• Je ne désespère pas de m'y remettre un jour. L'une de mes voisines de l'immeuble d'en face est venu observer mon installation car elle envisage de s'équiper d'un lombricomposteur collectif. Voilà une piste intéressante à suivre. On installe l'engin dans les parties communes (idéalement la cave), chacun alimente les bestioles et on se répartit à tour de rôle l'entretien. Très séduisant sur le papier, reste à savoir combien de temps les bonnes résolutions entre voisins peuvent tenir. En attendant, mon cagibi a repris son allure d'autrefois et le précieux mètre carré libéré par mon composteur me permet de stocker un peu plus de bazar inutile. Retour à la vie ordinaire.



Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 07:14
Météo-France vient de dévoiler le bilan météorologique de l'été 2009. Celui-ci a été "globalement chaud et ensoleillé, mais avec une pluviométrie contrastée".

Selon Météo-France, l'été 2009 a connu une anomalie de température de +1,3 °C par rapport à la moyenne de référence 1971-2000, ce qui place la saison au cinquième rang des étés les plus chauds depuis 1950 derrière 2003, 2006, 1994 et 1983.

Les températures quotidiennes sont restées le plus souvent au-dessus des normales, notamment au mois d'août, marqué par une vague de chaleur du 15 au 20.Bien que chaud cet été reste heureusement en dessous des étés 2003 et 2006.

Une fois de plus la sécheresse a pris place sur le territoire francais et les restrictions d'eau ont touché pas moins de 51 départements avec une fois de plus un gros impact sur les départements du pays Loire.
 


.

Au final, l'été 2009, contrairement aux deux années précédentes, a été bien ensoleillé, "la quasi-totalité des régions se situant au-dessus des moyennes saisonnières avec des durées d'insolation dépassant les normales de 10 à 20%. La Bretagne, et plus particulièrement l'extrême ouest de cette région, a connu un ensoleillement plus mitigé avec un déficit de l'ordre de 10 à 20 %" note Météo-France .

Voici le bilan mois par mois publié par météo France:

Juin

Avec une température moyenne mensuelle se situant 1,4 °C au-dessus de la normale, le mois de juin a été relativement chaud à l’échelle de la France. Toutefois les régions du quart nord-est ont connu des températures plus conformes à la normale alors que le tiers sud du territoire enregistrait des anomalies plus fortes, souvent supérieures à +2 °C.

Concernant la pluviométrie, les deux tiers nord du territoire ont généralement enregistré des cumuls supérieurs aux normales, les excédents les plus nets concernant le Centre et la Bourgogne. Toutefois, les précipitations ont été inférieures aux normales sur le nord de la Picardie, le sud de la région Nord-Pas-de-Calais et le nord de l’Alsace. Sur le tiers sud de la France, les pluies ont été le plus souvent déficitaires, en particulier sur le pourtour méditerranéen, exception faite de la basse vallée du Rhône. En Corse, le bilan est contrasté avec des pluies importantes aux extrémités nord et sud de l'île, plus rares vers le centre.

L’ensoleillement a été partout supérieur à la normale, en particulier sur la moitié ouest de la France où les durées d'insolation ont dépassé de 20 à 40% les moyennes mensuelles.

Juillet

Avec une température moyenne mensuelle dépassant la normale de 0,7°C, la France a connu un mois de juillet assez contrasté. Si la première semaine a été estivale, les périodes plus fraîches ont ensuite alterné avec la chaleur. Sur le sud de la Bretagne, les Pays de la Loire et jusqu'en Poitou-Charente, les températures moyennes mensuelles se situent légèrement en-dessous des normales alors qu’elles sont supérieures à celles-ci sur les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Les précipitations ont été généralement supérieures à la normale sur la moitié nord du pays, à l’exception d’une région déficitaire s’étendant de l’Ile-de-France aux Pays-de-Loire. Les pluies ont été très importantes de l’Alsace à la Bourgogne ainsi que sur la pointe de la Bretagne, atteignant le double voire le triple de la normale.
Sur le sud du pays, les cumuls de pluie ont été faibles, en particulier dans le Sud-Est et en Corse où les pluies ont été extrêmement rares.

L’ensoleillement de ce mois a été assez nuancé selon les régions. Légèrement supérieur à la moyenne mensuelle sur l'extrême nord et sur la moitié sud du pays , il a été plutôt déficitaire ailleurs, en particulier sur la pointe de Bretagne, la Lorraine et la Bourgogne.

Août

Ce mois a été marqué avant tout par une vague de chaleur du 15 au 20 août, son intensité et sa durée restant toutefois nettement inférieures à celles d’août 2003 ou juillet 2006. Mais ces températures remarquables ont contribué à faire d’août 2009 un mois particulièrement chaud. Avec une température moyenne mensuelle dépassant la normale de 1,7°C, il se classe ainsi au quatrième rang des mois d'août les plus chauds depuis 1950 derrière août 2003 (+4,6 °C), août 1997 (+2,6 °C) et août 1991 (+1,8 °C). Néanmoins, des nuances régionales sont à noter : si un grand quart sud-est a enregistré des anomalies parfois supérieures à +2 °C, le sud de la Bretagne a connu quant à lui des températures légèrement en-dessous des normales.

Le mois a été globalement très sec. De l'extrême nord jusqu'en Poitou-Charentes, les cumuls de pluies n’ont souvent atteint que péniblement 20 à 30 % des normales. Le constat est identique sur le pourtour méditerranéen et la Corse, avec des précipitations parfois extrêmement rares. Quelques excédents ont toutefois été relevés sur le centre de la Bretagne et sur le sud du Limousin et de l'Auvergne.

L’ensoleillement a été légèrement supérieur à la moyenne mensuelle sur la quasi-totalité du territoire, notamment le long de la frontière belge. Mais sur la Bretagne, le Cotentin et le Pays Basque, il a été en revanche inférieur à la moyenne mensuelle.

 

 

Copyright Météo-France

Pour finir on voit bien que le graphe des températures enregistrées "s'emballe" depuis maintenant 20 ans ,preuve du rechauffement .                                                                                                                                                                             


Données tirées du bilan été 2009 de météo France
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 19:18

oici un article de Patricia THOMAS à propos des dangers liés à l'utilisation des poêles et autres ustensiles revêtus de Téflon.

"DuPont de Nemours savait. Depuis 1981. Et n'a rien dit. A la suite d'une action en justice, il s'est avéré que la célèbre multinationale avait caché des études montrant le danger de l'un de ses produits phares, le téflon. On le croyait inerte et innofensif. En réalité, des études récentes montrent qu'il dégagerait des polluants parmi les plus dangereux.

Découvert à la fin des années 1930 par un scientifique de la firme DuPont de Nemours, Roy J.PLunkett (1910-1994), le téflon est le nom commercial du ploytetrafluroéthylène (PTFE), commercialisé dès 1946.

Le téflon a facilité la vie quotidienne. Imperméable à l'eau, à la poussière et à la graisse, cette matière étonnante s'est retrouvée partout : dans le revêtement des poêles, des ustensiles de cuisine, dans des vêtements et tapis anti-taches, dans l'emballage alimentaire, les lunettes, les verres de contact, l'imperméabilisant Gore-Tex, l'isolation des fils électriques...

Très pratique, le revêtement en téflon empêche la nourriture d'attacher au fond des casseroles, facilite le lavage et permet d'utiliser moins de matières grasses. Il est si pratique que personne, pas même la multinationale DuPont de Nemours, son fabricant, ne s'est soucié de s'assurer qu'il était sans danger.

Les dangers du téflon : Car le téflon est composé de plusieurs produits toxiques qui peuvent être relachés dans l'air et dans la nourriture. Plus la température de cuisson est élevée, plus le revêtement se décompose rapidement, en émettant de fines particules et des gaz. Ces émissions s'observent généralement après deux années d'utilisation, et le phénomène peut s'accélérer si vous nettoyez les casseroles avec du detergent abrasif. Les produits chimiques émanant du téflon sont nocifs pour les humains et mortels, même à doses infimes... pour les oiseaux de compagnie.

Le téflon est un composé complexe d'hydrocarbures perfluorés (PFC). Aujourd'hui, les PFC sont considérés comme dangereux car ile remplissent tous les critères d'un polluant bio-accumulatif : il n'est pas biodégradable, il s'accumule dans le corps humain, chez les animaux , et les tests en laboratoire ont prouvé qu'il était toxique pour les mammifères.[...]

La dégradation du téflon dans la casserole : Le moyen le plus rapide de dégrader le téflon, c'est de le chauffer. DuPont assure que ses produits sont stables jusqu'à 315°C, ce qui serait selon DuPont une température non atteinte lors de la cuisson ordinaire. Or des études indépendantes infirment ce propos. Des produits toxiques ont été émis par le téflon dès 230°C. Lors des tests effectués par l'association indépendante Environmental Working Group, une poêle avec du téflon dépassait cette température après 2 à 5 minutes d'utilisation normale, atteignant jusqu'à 391°C en 3 minutes et 20 secondes. Des dégagements de neurotoxines sont également observés.

Utilisée normalement, une poêle en téflon dégage des particules qui se logent profondément dans les poumons. Mortelles pour les oiseaux, ces particules peuvent provoquer la "fièvre des polymères" selon l'expression consacrée. Il s'agit d'une atteinte de type pseudo-grippal (malaise, fièvre, douleurs thoraciques, dyspnée, toux).[...]

Toxicité chez l'animal... et chez l'homme : Chez les primates, l'exposition à un dérivé du téflon, l'acide perfluoro-octanoïque (PFOA), a mené à de "l'hypothyroïdisme" c'est à dire à un sous développement de la glande thyroïde. Cet effet a aussi été mentionné pour l'homme, avec pour conséquences possibles de l'hypothyroïdie l'obésité, la résistance à l'insuline et le cancer de la thyroïde. Des études montrent que chez certains animaux le PFOA est nocif pour au moins neuf types de cellules qui régulent le fonctionnement immunitaire. Les cellules de la rate et du thymus y sont vulnérables et l'exposition au PFOA réduit les fonctions immunitaires de la souris. Le PFOA a été récemment associé à des augmentations du taux de cholestérol chez les ouvriers travaillant le téflon, comme DuPont lui même le concède.

Les perfluorés agissent sur le système endocrinien, activant des signaux hormonaux, un déclencheur potentiel de cancer, de stérilité et d'anomalies de développementales. L'exposition aux produits dérivés du téflon pendant la grossesse est particulièrement dangereuse. A la suite d'une action en justice d'un groupe de citoyens, des données ont été dévoilées en juillet 2004 par l'agence américaine de l'environneemnt (EPA). Elles montrent que DuPont savait depuis 1981 que le PFOA se communique de la mère à l'enfant et peut causer des déformations faciales chez les humains. [...]

Les premières victimes : les riverains des usines de téflon : En 2001, des habitants près d'une usine de DuPont à l'ouest de la virginie ont intenté un procès contre la compagnie, affirmant qu'elle a sciemment pollué les eaux des rivières près du site. Des recherches demandées par les habitants et éffectuées par un professeur de l'université de californie à Los Angeles, James Dahlgren, ont montré un taux anormalement élevé de cancers de la prostate et des cancers de l'appareil reproductif féminin. Les habitants ont réussi à obtenir les dossiers médicaux de 5000 ouvriers de DuPont et ont découvert un excès de certains cancers comme le lymphome non hodgkinien, la leucémie et le myélome multiple. [...]

Le téflon a été vanté pendant des décennies comme "le meilleur ami de la ménagère". Pourtant aucune étude n'a jamais prouvé son innocuité. A l'inverse, de nombreuses études ont montré les dangers sanitaires de ses dérivés chez des mammifères ou chez l'homme, pour lequel il manque cruellement de données. Des associations de consommateurs américaines exigent que les casseroles en téflon portent une inscription avertissant le consommateur. Est-ce bien suffisant?  Selon le principe de précaution, le téflon devrait être retiré des rayons jusqu'à preuve inattaquable de son innocuité."

alors toujours pret à faire sa cuisine dans de tels ustensiles de MORT !!!

Moi non j'ai définitivement tourné la page et je suis revenu à des ustensiles de cuisine de nos grands méres mais qui sont tout aussi performant lorsque l'on sait en prendre soin.Ces poeles et cocottes ont aussi l'énorme avantage d'etre polyvalentes c'est à dire tout feux,meme induction et en plus on peut couper dedans !
Quoi de mieux que cette bonne vieille fonte,celle-ci est européenne et 100% écologique,je m'explique.

  • Toute l'électricité consommée par l'usine (Machines, compresseurs, bureaux etc...) provient a 100% d'un système éolien donc 0% de dioxyde de carbone rejeté.

  • 96.5% des moules en sable sont réutilisés dans la fonderie. Le sable provient d'une carrière locale.
  • Le fer utilisé provenant des mines Scandinaves est considéré comme l'un des meilleurs au monde.
     
  • L'huile utilisée pour le traitement de la fonte est BIOLOGIQUE (certifiée par KRAV en Suède) ei issue de production locale.

  • Le bois utilisé sur les produits sont en bois de hêtre massif provenant des forêts de Scandinavie certifiées FSC (Association d’utilité publique internationale qui s’engage pour une exploitation durable des forêts).
     
  • Des efforts considérables ont été réalisés pour diminuer les perditions de chaleur, ce qui a permis une réduction de 76% de la consommation. Actuellement, la consommation est de 15m3/an, le but est d’atteindre 0 d’ici 2010. La reconnaissance de e-on est pour nous un grand succès.
  • Tous les déchets de la société sont triés, les excédents de fonte sont réutilisés a 100%.
     
  • Les transporteurs utilisés participent à la protection de l’environnement et à la diminution du CO2.

Le label associé est "Bio Eco controlled"

Alors ?
Cette marque Sacndinave garanti ses produits 25 ANS ,ouah !
Il s'agit de Skeppshult ,certes pas facile à prononcer mais de bon et eaux produits qui sont en vente sur www.decodurable.com , pas plus chers que des marques qui se veulent vertes et qui sont fabriquées en Chine .

http://www.decodurable.com/skeppshult-m-255.html?page=4&osCsid=t42iuupcvrcvl7mcnsfg04bbf0

Moi je suis ravi de mes produits à vous de juger

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:41

En cette rentrée des classes, le site de vente de produits eco-design www.decodurable.com vient de mettre en ligne son nouveau logo.
Toujours avec ses superbes tons doux de vert,de bleu et de chocolat il reste également fidèle à ses arabesques .
Les deux "D" de decodurable sont toujours suspendus dans l'espace mais ils s'entourent à la fois du nom du site "decodurable.com" mais se voient également habillés d'arabesques à la dominante bleue.
 

www.decodurable.com

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 08:40



Je veux partager avec vous un portail bio et equitable :
e-citizen : tout le bio & l'équitable rassemblé sur un site. Un beau slogan... 
Si le site Internet ressemble à simple boutique en ligne, e-citizen nous propose en fait une véritable communauté où les achats et les commentaires des membres vous permettent d'acheter mieux.
Sympa l'option wishlist ,qui vous permet de suggérer à vos amis ou à vos proches le cadeau idéal :)
A découvrir:
http://www.e-citizen.com/boutique/produit/1807/Sac-de-tri-durable---Sakatri/
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 07:52
Fichier:Bisphenol A.svg

La molécule du PBA


Le BPA on en parle énormement mais de quoi s'agit-il exactement ?

extrait de Wikipedia:

La première synthèse chimique du bisphénol A est due à A. P. Dianin en 1891. Il a été très étudié dans les années 1930 au cours de la recherche d'œstrogènes de synthèse. Il ne fut jamais utilisé comme œstrogène de synthèse du fait de la découverte à la même époque d'un autre composé de synthèse, le diéthylstilbestrol, dont les propriétés se révélèrent plus intéressantes.

Le Bisphénol A (BPA) est un composé chimique issu de la réaction entre deux équivalents de phénol et un équivalent d'acétone. La molécule contient deux groupements fonctionnels phénols et fait partie des composés organiques aromatiques. Ses autres noms sont aussi 4,4'-(propan-2-ylidène)diphénol ou p,p'-isopropylidènebisphénol.

Comme le nonylphénol, le bisphénol A est un œstrogéno-mimétique capable de se lier au récepteur α des œstrogènes. Son action serait environ 1 000 fois inférieure à celle de l’œstradiol, mais il est très présent dans notre environnement (environ trois millions de tonnes de BPA sont produites chaque année dans le monde[6]) et dans le corps humain.

Le bisphénol A est utilisé à l'heure actuelle comme monomère pour la fabrication industrielle par polymérisation de plastiques de type polycarbonate et de résines époxy.

Il est également utilisé comme antioxydant dans les plastifiants et le PVC, et comme inhibiteur de polymérisation dans le PVC.

Les polycarbonates sont très largement utilisés dans des produits de consommation courants depuis les lunettes de soleil et les CDs jusqu'aux récipients pour l'eau et la nourriture. En France en 2008, ils sont présents dans 90% des biberons.

Impacts connus et suspectés sur la santé et l'environnement

La toxicité et écotoxicité du Bisphénol A est discutée.

Le bisphénol A est un xenœstrogène massivement produit et largement dispersé dans l'environnement, stable et résistant. On en trouve maintenant dans presque tous les organismes vivants, les nourrissons étant les plus à risque (leur exposition pouvant être douze fois plus élevé que celle des adultes). Or un taux urinaire élevé de ce produit a été corrélé avec la survenue d'un diabète, avec la survenue de maladies cardiovasculaires ainsi qu'avec la présence d'anomalies du bilan hépatique. L'exposition au bisphénol A rendrait aussi la chimiothérapie moins efficace chez les patients cancéreux.

En tant que perturbateur hormonal, il s'est montré capable d'affecter la reproduction d'animaux de laboratoire et il pourrait être un des nombreux facteurs de délétion de la spermatogenèse chez l'homme.

  • Chez le lapin, à faible dose (1 picogramme), il peut inhiber l'érection du pénis suite à des modifications des tissus du corps caverneux. Plus la dose de BPA est importante, plus les tissus sont dégradés par augmentation de collagène fibreux, dépôts de graisse, hyperplasie et fibrose.
  • La souris de laboratoire CD1, exposée in utero à de faibles doses de BPA, accouche de mâles présentant une prostate plus lourde et un épididyme diminué, alors que les femelles présenteront des altérations du développement des glandes mammaires.
  • 10 μg/kg/jour (taux proches des valeurs d’exposition actuelles d'une femme enceinte) suffisent pour induire chez la souris des anomalies de développement de la prostate fœtale (ce qui rend plausible un risque accru de cancer ultérieur.)
  • Le placenta ne protège pas l'embryon de l'exposition au bisphénol A. Un passage transplacentaire significatif du BPA (4 % d’une dose de 20 μg/kg donnée à la mère) est avéré chez la souris.

Les premières études sur l'action œstrogénique du bisphénol A datent des années 1930 durant lesquels il fut administré à des rates ayant subi une ablation des ovaires. Une action en tant qu'androgène est fortement suspectée[15]. Ces effets pourraient entraîner des problèmes de santé chez l'homme, tels qu'une diminution du taux ou de la qualité des spermatozoïdes. Le bisphénol A peut causer des anomalies de fonctionnement d'autres organes, comme le pancréasou la thyroïde.

L'industrie du plastique a longtemps affirmé que le bisphénol A est sans danger pour l'homme, minimisant ou réfutant les tests donnant des résultats contraires. 11 études effectuées par des industriels ne mettent aucun risque en évidence tandis que, d'après un rapport de Frederick vom Saal et Claude Hughes, 90% des 104 études indépendantes montrent un risque possible. Un rapport précédent rendu public par le Centre pour l'analyse des risques de l'Université Harvard et financé par le Groupement américain du plastique qualifiait le risque de «faible» et «non significatif». Claude Hughes considère dans le rapport de 2004 que cette publication du centre pour l'analyse des risques n'est pas fiable parce qu'elle ne prend en compte que peu des travaux publiés depuis 2001 sur l'effet des faibles doses de BPA sur la santé.

En 2005, une équipe conduite par S.M Belcher a démontré que de faibles taux de bisphénol-A peuvent entraîner une altération du développement du fœtus chez le rat.

En 2006, vom Saal et Welshons ont publié une analyse détaillée expliquant pourquoi certaines études, principalement menées par des laboratoires financés par l'industrie, n'obtenaient pas des résultats reproductibles sur les effets à faible dose du bisphénol-A. Un comité scientifique indépendant a réanalysé les données du rapport pour le compte d'une agence du gouvernement américain et a montré qu'en réalité un effet existe en dépit des conclusions opposées du rapport originel.

En 2007, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) notait en conclusion de son rapport sur le Bisphénol A, sa présence dans les canalisations de transport de l'eau potable et les conteneurs. Elle préconisait que des études soient menées sur la possible propagation de cette substance dans l'eau. L’EFSA fixa alors la dose journalière admissible (DJA) à 0,05 milligrammes/kg de poids corporel pour cette substance.

Depuis le 18 avril 2008, Santé Canada, l'office public de santé du Canada, a classé le bisphénol A au rang de substance dangereuse. Le Canada a été ainsi le premier pays à classer au rang des toxiques cette substance, ce qui doit amener États-Unis et Union européenne à se prononcer.

Le 15 août 2008, un rapport de la Food and Drug Administration aux États-Unis concluait que ce produit ne posait pas de problème de santé humaine aux niveaux d'exposition habituels pour l'homme, mais ce constat n'est pas partagé par de nombreux scientifiques y compris au sein d'un groupe consultatif de la FDA qui accuse l'agence de ne retenir que les argument avancés par les études financées par l'industrie du plastique, créant «un faux sentiment de sécurité», alors que d'autres rapports ou études alertent sur les risques liés à ce produit. L'agence s'est engagée à réétudier la question.

Bisphénol A et biberons

En 2008, le bisphénol A était très présent dans les plastiques alimentaires et notamment dans 90% des biberons. Face aux risques médiatisés cette année, certains fabricants de biberons (Dodie ; Avent du groupe Philips) ont décidé la même année de fabriquer des biberons sans BPA mais commercialisés plus chers. Ceux-ci ont également publiés des questions/réponses sur leurs sites Internet pour rassurer les clients et leur donner leurs avis sur le bisphénol A et leurs recommandations d'utilisation des biberons actuels (notamment la chauffe.)

Le 17 octobre 2008, le Canada est devenu le premier pays dans le monde à interdire les biberons contenant du bisphénol A.

En France,dans un communiqué du 13 novembre 2008, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) s'est alignée sur les conclusions de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) selon lesquelles l'exposition des nourrissons au Bisphénol A est largement inférieure à la dose journalière tolérable (DJT) et ce, même en cas de chauffage au micro-ondes. Quelques jours plus tard, le Canard enchaîné dénonçait un conflit d'intérêt en faisant remarquer que de nombreux membres du comité d'experts de l'Afssa étaient également employés par l'industrie du plastique.

Début 2009, la polémique enfle. En France, le Réseau environnement santé (RES), qui regroupe associations, ONG et scientifiques, demande aussi «l'interdiction du BPA dans les plastiques alimentaires». Aux États-Unis comme en France, un certain nombre de fabricants annoncent qu'ils proposent ou vont proposer des biberons « garantis sans Bisphénol A. »

Mi 2009, La société internationale d’endocrinologie a de nouveau alerté lors de son colloque annuel (10 juin 2009) sur cette question (effet perturbateur endocrinien sur la reproduction, implications dans les cancers du sein et de la prostate, dans certaines pathologies cardiovasculaires, de la thyroïde et l’obésité). Elle a appelé à réduire l’exposition de la population à ces molécules, au nom du principe de précaution. Elle a publié une «déclaration scientifique» dans la revue Endocrine Reviews. La déclaration juge le problème préoccupant, et appelle à renforcer la recherche.

alors pour moi pas de doute possible STOP au BPA je vous renvoie sur cet article de mon blog
Biberons avec BPA DANGER pour nos bébés !!!

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 07:12
extrait du Figaro:

Commun. Et moi qui pensais être un original avec mon composteur d'appartement. Maintenant que je suis sensibilisé à la question, je vois des vers et des composteurs partout. Un jour je tombe sur le composteur d'appartement high-tech proposé par la société californienne NatureMill . L'engin, compact et complètement hermétique, fonctionne sans vers mais avec un peu d'électricité pour assurer la transformation des déchets. Un peu plus tard, c'est l'association nantaise Compostri qui attire mon attention. Elle développe d'intéressants composteurs collectifs au pied des immeubles (là aussi sans vers de terre) où les volontaires se retrouvent toutes les semaines. Même à Paris, je découvre l'association Worgamic qui organise de son côté des sensibilisations dans les écoles pour apprendre aux enfants à fabriquer des lombricomposteurs et à transformer les déchets de leur cantine.


Vers de luxe.
Je retrouve même mes amis rampants dans les endroits les plus inattendus. Alors que je visite une usine fabriquant des calissons à Aix-en-Provence, je m'étonne de trouver à côté des poubelles traditionnelles de tri sélectif des bacs portant la mention «déchets organiques». Le patron me répond : «Vous ne connaissez sans doute pas ça, mais dans la région nous avons une ferme lombricole (élevage de vers de terre) qui nous débarrasse gratuitement de ces déchets.» Des vers de luxe, engraissés aux calissons. Moins chic, la société Ecosphère Technologies, installée dans la Drôme, propose néanmoins un concept intéressant avec ses toilettes publiques sèches Saniverte. Grâce à l'usage de vers de terre qui assurent tout le travail, pas besoin de tuyauterie et l'on peut installer ces équipements dans les droits les plus reculés (montagnes, parc naturels, etc.). Quant à la commune de Combaillaux, dans l'Hérault, elle confie purement et simplement l'épuration de ses eaux usées à des lombrics.

Partager cet article
Repost0