Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:28
TF1 nous ravit une nouvelle fois avec un reportage sur le développement durable en présentant la ville de Toulouse et ses ingénieuses installations pour économiser l'énergie.

Pour faire des économies, la ville de Toulouse a choisi de limiter son éclairage public. Une initiative qui fait tâche d'huile.
Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:12

Les polluants chimiques sont-ils responsables de l'augmentation alarmante des pubertés précoces et sont-ils impliqués dans les phénomènes d'obésité ? Les soupçons se confirment.
Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:59

moustique tigre

 

Le moustique Tigre a encore frappé dans le Var !

Ce moustique fait beaucoup parlé de lui ces dernières semaines.Il a tout d'abord contaminé plus de 300 personnes avec le virus de la Dengue et maintenant il s'agit du Chikungunya ...

Le chikungunya ce fameux virus qui a fait des ravages à la Réunion,avec cette maladie très douloureuse s'installe donc petit à petit dans le Sud et plus particulièrement dans le département du Var.

Les autorités sanitaires françaises,ne s'affolent pas contrairement à ce qui avait pu se faire avec la grippe H1N1  !! alors que le virus est bien là et que l'on connaît Outre mer les dégâts de ce chikungunya.

On compte sur les premiers froids qui vont faire disparaître ce moustique tigre,pour un temps mais quid du moustique dès les beaux jours revenus ? Le virus lui sera toujours là avec le moustique et ses larves qui vont attendre bien au chaud pour repiquer et recontaminer des centaines,des milliers de personnes dans un département très touristiques,on se souvient encore à la Réunion des dégâts collatéraux de ce virus,et plus particulièrement sur le tourisme !

 

 

Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 09:12

moustique-tigre.jpg

 

Après les divers cas avérésde Dengue du sud de la France  ,déclarés suite à des piqures de moustiques dans l'hexagone,voici une nouvelle maladie tropicale transmise sur le territoire français par ces insectes.

Il s'agit du fameux et non moins célébre chikungunya qui fait des ravages en Réunion !!

Quelle est donc cette maladie selon Wikipedia ?

 

Le chikungunya (en abrégé le chik) , est une maladie infectieuse tropicale, due à un arbovirus (noté CHIKV, pour chikungunya virus), un Alphavirus de la famille des Togaviridae, transmise par des moustiques du genre Aedes. Le nom est d'origine makondée et signifie : « qui se recourbe, qui se recroqueville », à l'image des feuilles tombées des arbres qui se recourbent en séchant ; on a aussi traduit chikungunya en français « maladie qui brise les os » ou « maladie de l'homme courbé » car elle occasionne de très fortes douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infectés une attitude courbée très caractéristique.

La transmission du virus d'un humain malade à un moustique se fait par le sang aspiré lors de la piqûre. La contamination d'un homme sain est réalisée par la salive de moustiques qui ont été infectés quelques jours ou quelques semaines auparavant. Seules les moustiques femelles piquent.

Plusieurs espèces de moustiques sont susceptibles de transmettre le chikungunya, mais seules Aedes aegypti et Aedes albopictus ont été à ce jour identifiées comme vecteurs épidémiques, à cause de leur adaptation aux zones d'habitat humain. Ces mêmes espèces sont également impliquées dans la transmission d'autres arbovirus : dengue, fièvre dengue hémorragique (DHF), fièvre jaune.

 

Ce cas avéré de chikungunya a encore été décelé dans le vars,tout comme la Dengue et encore une fois le moustique en cause est le moustique tigre.

Tout ceci est bien la preuve que ce moustique est maintenant bien implanté en France avec des virus jusque là tropicaux ou sub-tropicaux.

 

Réchauffement climatique ou adaptation des moustiques?

La prévention est maintenant de mise

 

 

 
Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 07:47

Le samedi 18 Septembre 2010,la CCI du Loiret organisait une opération nettoyage des berges de Loire entre Briare et Orléans.Il s'agissait de la deuxième édition de cette opération.

En 2009 l'opération avait rassemble 270 participants qui sur 28 Kms avaient ramassé 4.5 tonnes de déchets très divers .

Soit un ratio de 155 kgs de déchets par kilométre !!

En 2010,fort de ce succès la CCI du Loiret a renouvelé l'opération et attiré un plus grand nombre de participants.En effet ce sont 500 personnes qui ont nettoyé 58 kms de berges de Loire et collecté 4.15 tonnes de déchets ....

Le bilan est donc bon avec un plus grand nombre de participants et moins de déchets collectés au kilomètre.

Il n'en demeure pas moins que lors de cette collecte,j'ai pu observé le manque de respect de l'environnementpar exemple de nos amis pêcheurs qui laissent sur les berges leurs sacs  ainsi que leurs barquettes plastiques d'appâts ! Dommage pour des amoureux de la nature.

Autre constat,la quantité hallucinante de bouteilles en verre ,et oui lors de cette collecte pas moins de 500 kilos,soit 12% des déchets.

Cette manifestation a rassemblé les entreprises autour de cette cause,mais sur le site de Chateauneuf (est de Loire)  une des 3 bases de collecte,on a pu regretté l'absence totale d'élus locaux !

Alors que ce geste citoyen contribuait à embellir leur territoire et à sensibiliser ,aucun n'a participé ou remercié .....

 

  Diapositive1.JPG

Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:54

Les rejets croissants de CO2 ne perturbent pas seulement le climat, ils ont aussi un impact sur les océans.

Ischia, son port, ses plages, ses ruelles et ses chercheurs… Cette petite île italienne offre un terrain d'expérimentation exceptionnel pour les scientifiques. La qualité des eaux de la Méditerranée qui l'entourent préfigure en effet ce que pourrait devenir dans trente ou quarante ans une partie des océans: une biodiversité amputée d'un tiers, sans plus aucun coquillage ni corail.

En cause, l'acidification de l'eau, autrement dit une diminution du pH liée à une augmentation constante du dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère. «Depuis le début de l'ère industrielle, il y a environ 250 ans, les eaux de surface de l'océan montrent une tendance régulière et croissante à s'acidifier. La hausse est d'environ 30 %», explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au laboratoire d'océanographie de Villefranche- sur-Mer (CNRS, université Pierre-et-Marie-Curie) avec une très nette accélération ces trente dernières années.

Et les projections sur les émissions de dioxyde de carbone montrent que la situation devrait considérablement s'aggraver d'ici à la fin du siècle compte tenu de l'exploitation croissante des énergies fossiles, principales causes des émissions de CO2. Le taux de CO2 dans l'atmosphère passerait de 380 ppm (parties pour million) à 500 ppm (scénario optimiste) ou 1 100 ppm (scénario pessimiste).

 

Prolifération de plantes 

 

Cela ne fait qu'une dizaine d'années que les chercheurs se penchent sur ce problème des océans. «Si le lien entre acidification et CO2 est incontestable, il y a encore énormément d'incertitudes sur les conséquences biologiques», poursuit Jean-Pierre Gattuso, qui pilote le projet de recherche Epoca (European Project on Ocean Acidification). On sait que plus le taux d'acidification est important, plus les espèces ayant des coquilles auront de difficulté à les fabriquer, dans la mesure où le carbonate de calcium qui les compose est attaqué. Cela concerne aussi bien le plancton microscopique à la base de la chaîne alimentaire que les coquillages et mollusques présents sur nos tables, ou encore les coraux… Mais jusqu'à présent «cela n'a pu être observé qu'en laboratoire», explique Jason M. Hall-Spencer, auteur principal d'une étude publiée en juin 2008 dans Nature. Or, la réaction du vivant est extrêmement complexe.

D'où l'intérêt majeur d'Ischia. En effet, les fonds marins qui entourent cette île volcanique relâchent en continu des quantités importantes de CO2. Les mesures au plus près des failles ne sont pas directement utilisables tant la concentration du gaz est élevée, bien au-delà de ce que l'on peut imaginer pour l'atmosphère. Mais plus on s'éloigne des fentes pour effectuer les relevés, plus on trouve des situations comparables aux prévisions d'émissions de CO2 pour les années à venir. «À 200 mètres, la concentration est d'environ 800 ppm, à mi-chemin entre les deux scénarios de rejets de CO2 dans l'atmosphère d'ici à 2100», poursuit encore Jean-Pierre Gattuso. «On constate alors une diminution de 30 % de la biodiversité», explique-t-il. Les espèces côtières typiques avec de nombreux organismes minéraux disparaissent. «On observe une forte diminution du nombre d'oursins, de coquillages et de coraux», rappelle ainsi l'étude de Nature. En revanche, certaines plantes prolifèrent. C'est le cas de la posidonie. Cette plante est importante en Méditerranée. Elle sert de nourriture pour des animaux marins herbivores et de nursery pour de nombreuses espèces. «Malheureusement, il n'y a pas plus de poissons à Ischia qu'ailleurs», regrette Jean-Pierre Gattuso. En outre, l'acidification «pourrait très largement bénéficier à des espèces d'algues invasives», précise l'étude de Nature.

De nombreuses recherches concernent également l'océan Arctique. «Les eaux froides absorbent beaucoup plus de CO2», rappelle Jean-Pierre Gattuso. «En 2050, cet océan sera corrosif pour le calcaire», et il insiste : «Entre 1850 et 2050, l'acidité des océans a été cent fois plus rapide qu'en 55 millions d'années.»

 

TIRE DU FIGARO du 17/09/20010 Marielle COURT

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:24

eco-button.jpg

 

Le parc informatique mondial est devenu un très important vecteur de consommation électrique, dont le développement semble sans limites. Le passage d'un poste informatique fixe à un ordinateur portable permet déjà à un nombre croissant d'entre nous de réduire significativement le besoin en électricité inhérent à leur utilisation. Il est possible de faire un de plus vers la sobriété énergétique, en optant pour un ordinateur ULV (ultra low voltage), fonctionnant à très basse tension et dont les processeurs peuvent se contenter de 5 watts/heure, soit bien moins que leurs homologues standards. Les portables vont jusqu'à stopper automatiquement l'alimentation de certains éléments énergivores, lorsque la machine est accaparée par une utilisation basique du type traitement de texte, qui les rend momentanément superflus. Le prix et les performances de ces appareils sont tout à fait comparables à ceux des ordinateurs personnels classiques. Cette avancée technologique ne doit pas occulter les impacts négatifs liés à l'obsolescence accélérée du matériel informatique. Le remplacement de plus en plus rapide des appareils est source d'une immense mise au rebut de matériels complexes dont la rotation s'amplifie avec l'accélération du progrès scientifique. Le consommateur averti se voit cependant proposer un choix croissant d'ordinateurs écoconçus, dont les composants sont recyclables pour autant que possible. Certains fabricants vont jusqu'à les intégrer dans une coque en bambou.

 

Vous pouvez aussi adapter sur votre PC,l'éco bouton qui gérera la mise en veille rapide de votre PC et calculera l'économie.

Tiré du Figaro ,Jean-Marc LORACH

Repost 0
Published by bruno - dans produits
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 07:28

Il y a de cela quelques semaines,un cas de Dengue était identifié dans le sud de la France.

Il s'agit maintenant d'un second cas,toujours transmis par un moustique résident en France,preuve que le virus est bel et bien établit chez nous et qu'il a résisté à toutes les campagnes de démoustiquation consécutives au premier cas.

Bien évidemment,les autorités françaises comme toujours (crise du sang contaminé ou Chikungunya à la Réunion)nous disent qu'il n'y a pas de danger:

 

Le deuxième cas est bien confirmé” a précisé le ministère de la Santé et l’Agence régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARS Paca). “Il s’agit d’une personne qui était dans l’entourage de la personne déjà atteinte et qui avait été repérée par l’entente inter-départementale de démoustication comme sujet à risque.” François-Xavier Lorre, délégué de l’ARS Paca dans les Alpes-Maritimes a bien précisé qu’en aucun cas il ne s’agisait d’une épidémie ou d’un début de crise sanitaire avant de donner plus d’informations sur la situation du jeune homme touché : il “va bien. On a fait les prélèvements et les analyses rapidement car il présentait tous les symptômes (maux de tête, fièvre supérieure à 38,5 degrés et courbatures)”

 

Toujours est il qu'une dizaine de personnes sont elles aussi en observation et que l'on pousse les examens car on pense qu'elles sont aussi porteuses de la Dengue !

Le virus est bien implanté en France et certainement pour des années....

Derrière ce virus se cache une nouvelle preuve du réchauffement climatique pour ce virus habituellement rencontré beaucoup plus au Sud .

 

 

Repost 0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 08:16

Click here to find out more!

Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 06:14

Voici un très bon article riré de greenIT.fr qui nous explique la façon de faire pour économiser l'énergie lorsque l'on utilise un PC.

 

Dans le cadre d’une étude pour un client, un consultant de Greenvision  a cherché à mesurer l’impact des habitudes des collaborateurs sur la consommation de leurs ordinateurs. L’objectif étant de réaliser un guide des bonnes pratiques à mettre en place pour sensibiliser et économiser, par des actions simples, la consommation électrique de l’informatique.

L’article suivant, représentatif d’un cas bien précis et de son environnement de production, illustre l’une des pistes étudiées.

Sur un PC Portable sous Windows Vista, le menu « Gestion d’alimentation » se décline en 3 modes qui influent principalement sur la durée avant l’extinction de l’écran, celle avant mise en veille (simple/prolongée) et la luminosité.

Le premier test réalisé vise à mesurer l’impact de ces 3 modes sur la durée d’un cycle de décharge de la batterie. Les conditions d’utilisation étant identiques, le principal facteur différenciateur est la luminosité, bien que ce ne soit pas le seul, ces différents modes jouant sur de multiples réglages au niveau disque dur, cartes embarquées, ou encore des connecteurs USB.

Il apparait d’un point de vue autonomie les résultats suivant :

  • Mode « Hautes performances », luminosité 100% : 2h20
  • Mode « Optimisé », luminosité 50% : 3h06
  • Mode « Economies d’énergie », luminosité 40% : 3h48

autonomie

Nous voyons que les différents modes ont un réel impact sur l’autonomie de la batterie et, même si les résultats permettent de dire qu’il n’est pas le seul, il semble que la luminosité soit un facteur d’influence majeur de la consommation.

Face à cela, il convient de mesurer plus précisément l’impact de sa variation sur la consommation électrique.
Les conditions d’études sont ici différentes : Batterie chargée, PC branché sur le secteur, mode de gestion d’alimentation positionné sur « Performances élevées ».

La mesure de la consommation est réalisée toutes les 2 minutes, avec une luminosité à 100% durant la première heure, 75% la seconde, puis 50% la troisième.

Mis en parallèle, les résultats sont visibles sur le graphe suivant :

Les consommations sont donc :

  • Luminosité 100% : 22 Wh
  • Luminosité 75% : 19 Wh
  • Luminosité 50% : 15 Wh

Le mode de configuration choisi a donc un impact significatif sur l’autonomie. Celle-ci étant inversement proportionnelle à la consommation, il appartiendra à l’utilisateur de voir dans quelle mesure il est prêt à accepter une réduction de la luminosité sans diminuer son confort d’utilisation et à l’administrateur de déterminer les préréglages par défaut qu’il configurera. Assortie d’une communication objective et de résultats chiffrés, ces éléments contribueront à la réduction de la consommation électrique du parc informatique.

 

Par Pierre-Yves Thiriez  de GreenIT 

Repost 0

Follow Decodurable on Twitter