Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 17:57

Alors que les médias nous montrent des images impressionantes de la vague de froid qui déferle sur les Etats Unis avec des températures qui en ressenti frolent les -50°c ,à l'autre bout du monde les températures atteignent des sommets!

Oui l'Australie une nouvelle fois connait des températures jamais connues et les conséquences sur la nature sont désastreuses.

 

Avec plus de 50°C dans la région du Queensland ,les kangourous s'évannouissent dans le désert et des milliers de chauves souris meurent .

Dans d'autres comtés ,ce sont des milliers d'animaux qui là aussi sont victimes de la chaleur (kangourous,perroquets,émeux) alors qu'ils ont jusqu'à présent traversés les siècles sans problème ...Une preuve suppélementaire du réchauffement climatique crée par l'homme.

 

 

Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 17:39

Mauvaise nouvelle pour débuter l'année. Le réchauffement climatique pourrait être plus grave que prévu. Il faut s'attendre, en moyenne, à une hausse des températures d'au moins 3°C quand, sous l'effet des activités humaines, la concentration de gaz carbonique (ou dioxyde de carbone) dans l'atmosphère aura doublé. «Ce qui devrait se produire vers le milieu du siècle, dans une cinquantaine d'années », attend Steven Sherwood, un expert du climat.

Si rien n'est fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, au premier rang desquels le dioxyde de carbone (CO2) notamment produit par la combustion de gaz naturel, de pétrole ou de charbon, la température devrait grimper d'au moins 4 °C à la fin du siècle et de plus de 8 °C vers 2200, selon une recherche publiée ce 2 janvier dans la revue Nature. Ce travail est signé par le Pr Steven Sherwood de l'université de New South Wales, dans la banlieue de Sydney (Australie), et par deux chercheurs français du laboratoire de météorologie dynamique et de l'Institut Pierre-Simon Laplace (CNRS/université Pierre et Marie Curie).

Cette étude resserre la fourchette de prédictions réalisées sous l'égide du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) qui «depuis 1990, restait comprise, en gros, entre 1,5 °C et 4,5 °C» pour un doublement du CO2, rappellent deux chercheurs japonais dans un commentaire publié dans la même édition de Nature.

Échange de vapeur d'eau et convection

D'après les trois auteurs de la nouvelle étude, la mauvaise compréhension des mécanismes de formation de ces nuages bas serait responsable du grand écart entre les estimations les plus basses (+1,5 °C) et les plus hautes (+4,5 °C) des différents modèles. La plupart des programmes modélisant l'évolution du climat auraient surestimé le taux de formation de nuages bas, situés entre 2 km et 3 km au-dessus des océans dans les zones tropicales, à partir de l'évaporation de l'eau. Ces nuages réfléchissent la lumière solaire, ce qui limite le réchauffement de la Terre. Les climatologues pensaient jusqu'à présent que le réchauffement, en augmentant l'évaporation de l'eau des océans, augmenterait du coup le taux de formation de ces nuages.

Mais les observations du monde réel montrent que les courants ascendants de vapeur d'eau remontent à différentes altitudes dans l'atmosphère. L'augmentation globale des températures devrait accélérer cette circulation de la vapeur d'eau entre la basse atmosphère et les plus hautes couches. Cela aurait comme conséquence d'assécher les couches les plus basses, réduisant ainsi les chances de formation de nuages bas qui interceptent les rayons solaires et limitent les apports de chaleur.

Il faudrait donc revoir les modèles climatiques avec cette nouvelle approche. «Sous l'effet du réchauffement climatique, moins de nuages devraient se former », assure Steven Sherwood. Avec ses collègues français, le chercheur australien a appliqué son approche à 43 modèles informatiques du climat qui peuvent tenir compte de l'impact «de convection entre la basse et la moyenne troposphère tropicale ». Ces échanges de vapeur d'eau entre les nuages bas et ceux de moyenne altitude expliqueraient, pour moitié, ces ajustements.

Conscient des limites de son approche, le Pr Sherwood attend les Cassandre : «Des sceptiques aiment à critiquer les modèles du climat qui seraient erronés, et nous sommes les premiers à admettre qu'ils ne sont pas parfaits. Mais nous avons trouvé des erreurs faites dans les modèles qui attendent le plus faible réchauffement climatique, pas dans ceux qui prévoient le plus fort réchauffement.»

 

rechauffement-climatique.jpg

 

Article tiré du Figaro du 01/01/2014. Marc Cherki

Repost 0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 17:32

Les politiques hésitent toujours autant à mettre en place des plans d'actions visants à réduire la pollution et l'émission de gaz à effets de serres,sous prétexte que les preuves du réchauffement climatique ne sont pas là ou pas si évidentes .

 

A l'autre bout de la planète,l'Australie terre de tout les extêmes semble bien avoir mis en évidence ce réchauffement climatique ! Mise en évidence dramatique car les températures observées en 2013 sont les plus chaudes et de loin depuis 1910,et que les conséquences ,ce sont sécheresses et incendies .

 

«Depuis 1910, date à laquelle la collecte des données a commencé, 2013 est l'année la plus chaude», a indiqué le Bureau australien de la météorologie.

Le printemps a également été le plus doux jamais enregistré et seuls deux hivers avaient été plus cléments depuis 1910. Sur toute l'année, la température moyenne s'établit 1,2° au dessus de la moyenne générale. Ceci est aussi vrai pour toute la planète,mais en Australie les effets sont dévastateurs .

 

Le monde a connu cette année son mois de novembre le plus chaud depuis le début des relevés de températures en 1880, a indiqué l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).


Le mois dernier a aussi été le 37e mois de novembre consécutif et le 345e mois d'affilé avec une température moyenne dans les terres et à la surface des océans supérieure à celle du 20e siècle.

En novembre, la température moyenne dans les terres et à la surface des océans a ainsi atteint 13,68 degrés, soit 0,78 degré au-dessus de la moyenne du siècle dernier qui a été de 12,9 degrés, a précisé la NOAA dans un communiqué.

 

En ce début d'année 2014,où la France fait des prévisions de croissances très basses ,voici un rapport qui fait froid dans le dos :

 

D’un point de vue économique, Dara (oraganisation humanitaire)a calculé que le changement climatique amputait déjà la croissance mondiale de 1,6% et que ce chiffre pourrait doubler, pour passer à 3,2% en 2030.

 

Le-rechauffement-climatique.jpg

Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 18:03

La baisse de niveau du plus grand lac d'eau douce de Chine a mis au jour un pont historique bâti sous l'époque des empereurs Ming et sombré ensuite dans l'oubli.


Les vestiges du pont de 2.930 mètres de long sont apparus en bordure du lac Poyang, dont l'assèchement en cours est par ailleurs un désastre écologique, a indiqué vendredi le journal les Nouvelles de Pékin.

 

L'ouvrage entièrement en granit a selon les experts été construit il y a près de 400 ans, sous la dynastie Ming (1368-1644).

L'immense lac Poyang, dans la province centrale du Jiangxi, couvrait une superficie de 4.500 kilomètres carrés.

 

Mais son niveau a inexorablement baissé ces dernières années, en raison des faibles précipitations et de l'impact environnemental causé par le barrage pharaonique des Trois Gorges.

 

Selon un reportage de la télévision publique CCTV diffusé en novembre, le lac couvre désormais moins de 1.500 km2, ce qui bouleverse les habitudes de vie des communautés locales de pêcheurs et ravage la faune et le flore de cet écosystème.

 

Artcile tiré de "20 minutes " du 3 Janvier 2014

 

Poyang2011.jpg

 

Images satelittes du lac Poyang

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 10:25

 

camion

Voilà un article qu'il me plaît d'écrire,puisqu'il s'agit de vrais engagements et de vrais actions chiffrées venant de la FNTR (Fédération Nationale des transporteurs routiers) pour moins polluer.

Cet engagement signé et suivi par une petite partie des entreprises du transport,est riche d'initiatives et de chiffres qui parlent : 88.8 millions de litres de gasoil économisé par an !!! rendez vous compte .Si seulement ces engagements pouvaient concerné plus de 11% de la profession ...et c'est ce que veut cette fédération des transports,qui pour cela a tourné 7 petits clips vidéo qui expliquent très clairement le pourquoi et les actions.

Très bien fait et qui je l'espère convaincrons encore d'autres entreprises à grossir les rangs des signataires et des engagés dans la démarche de la réduction des émissions de CO2 .

 

Voià le lien pour retrouver cette action

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 16:22

 

 

Météo France nous livre son bilan météo de 2010,qui se trouve être la plus froide de ces 20 dernières années pour la France ! mais à l'échelle planétaire le bilan est tout l'inverse avec des températures qui flambent ....En outre des phénomènes extrêmes ont eut lieu partout sur la planète avec des bilans très meurtriers.

Le réchauffement climatique est bien là et ses conséquences sont chaque jour un peu plus grandes et dramatiques

Je vous invite à lire le bilan complet de météo France .

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 10:08

Selon les scientifiques, le Lac Tchad devrait disparaitre complètement d’ici une vingtaine d’années !!

 

Le lac Tcahd  assure l'approvisionnement en eau des habitants du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigeria.

Mais depuis 50ans le lac tchad s'assèche et disparaît vitesse grand V. Le lac est en effet passé d'une superficie de 260 000 km2 à seulement 2 500 km2 .

Les raisons de cette diminution de 90%,bien entendu le réchauffement climatique,la déforestation et la progression inexorable du désert,toutes ces choses réduisent les précipitations.

Comme si ces raisons ne suffisaient pas,il faut ajouter à ces raréfactions des pluies,les pompages en eau monstrueux pour irriguer et aussi l'invasion du papyrus.

Le papyrus envahit peu à peu ce qui reste du lac Tchad,et il faut savoir que cette plante consomme énormément d'eau.

On  voit bien qu'avec tout ces facteurs mis bout à bout,résultant tous de l'action de l'homme, que ce lac est condamné ! et avec lui des populations ! De nouveaux réfugiés climatiques comme il y en aura de plus en plus ...

 

 

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:54

Les rejets croissants de CO2 ne perturbent pas seulement le climat, ils ont aussi un impact sur les océans.

Ischia, son port, ses plages, ses ruelles et ses chercheurs… Cette petite île italienne offre un terrain d'expérimentation exceptionnel pour les scientifiques. La qualité des eaux de la Méditerranée qui l'entourent préfigure en effet ce que pourrait devenir dans trente ou quarante ans une partie des océans: une biodiversité amputée d'un tiers, sans plus aucun coquillage ni corail.

En cause, l'acidification de l'eau, autrement dit une diminution du pH liée à une augmentation constante du dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère. «Depuis le début de l'ère industrielle, il y a environ 250 ans, les eaux de surface de l'océan montrent une tendance régulière et croissante à s'acidifier. La hausse est d'environ 30 %», explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au laboratoire d'océanographie de Villefranche- sur-Mer (CNRS, université Pierre-et-Marie-Curie) avec une très nette accélération ces trente dernières années.

Et les projections sur les émissions de dioxyde de carbone montrent que la situation devrait considérablement s'aggraver d'ici à la fin du siècle compte tenu de l'exploitation croissante des énergies fossiles, principales causes des émissions de CO2. Le taux de CO2 dans l'atmosphère passerait de 380 ppm (parties pour million) à 500 ppm (scénario optimiste) ou 1 100 ppm (scénario pessimiste).

 

Prolifération de plantes 

 

Cela ne fait qu'une dizaine d'années que les chercheurs se penchent sur ce problème des océans. «Si le lien entre acidification et CO2 est incontestable, il y a encore énormément d'incertitudes sur les conséquences biologiques», poursuit Jean-Pierre Gattuso, qui pilote le projet de recherche Epoca (European Project on Ocean Acidification). On sait que plus le taux d'acidification est important, plus les espèces ayant des coquilles auront de difficulté à les fabriquer, dans la mesure où le carbonate de calcium qui les compose est attaqué. Cela concerne aussi bien le plancton microscopique à la base de la chaîne alimentaire que les coquillages et mollusques présents sur nos tables, ou encore les coraux… Mais jusqu'à présent «cela n'a pu être observé qu'en laboratoire», explique Jason M. Hall-Spencer, auteur principal d'une étude publiée en juin 2008 dans Nature. Or, la réaction du vivant est extrêmement complexe.

D'où l'intérêt majeur d'Ischia. En effet, les fonds marins qui entourent cette île volcanique relâchent en continu des quantités importantes de CO2. Les mesures au plus près des failles ne sont pas directement utilisables tant la concentration du gaz est élevée, bien au-delà de ce que l'on peut imaginer pour l'atmosphère. Mais plus on s'éloigne des fentes pour effectuer les relevés, plus on trouve des situations comparables aux prévisions d'émissions de CO2 pour les années à venir. «À 200 mètres, la concentration est d'environ 800 ppm, à mi-chemin entre les deux scénarios de rejets de CO2 dans l'atmosphère d'ici à 2100», poursuit encore Jean-Pierre Gattuso. «On constate alors une diminution de 30 % de la biodiversité», explique-t-il. Les espèces côtières typiques avec de nombreux organismes minéraux disparaissent. «On observe une forte diminution du nombre d'oursins, de coquillages et de coraux», rappelle ainsi l'étude de Nature. En revanche, certaines plantes prolifèrent. C'est le cas de la posidonie. Cette plante est importante en Méditerranée. Elle sert de nourriture pour des animaux marins herbivores et de nursery pour de nombreuses espèces. «Malheureusement, il n'y a pas plus de poissons à Ischia qu'ailleurs», regrette Jean-Pierre Gattuso. En outre, l'acidification «pourrait très largement bénéficier à des espèces d'algues invasives», précise l'étude de Nature.

De nombreuses recherches concernent également l'océan Arctique. «Les eaux froides absorbent beaucoup plus de CO2», rappelle Jean-Pierre Gattuso. «En 2050, cet océan sera corrosif pour le calcaire», et il insiste : «Entre 1850 et 2050, l'acidité des océans a été cent fois plus rapide qu'en 55 millions d'années.»

 

TIRE DU FIGARO du 17/09/20010 Marielle COURT

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 07:28

Il y a de cela quelques semaines,un cas de Dengue était identifié dans le sud de la France.

Il s'agit maintenant d'un second cas,toujours transmis par un moustique résident en France,preuve que le virus est bel et bien établit chez nous et qu'il a résisté à toutes les campagnes de démoustiquation consécutives au premier cas.

Bien évidemment,les autorités françaises comme toujours (crise du sang contaminé ou Chikungunya à la Réunion)nous disent qu'il n'y a pas de danger:

 

Le deuxième cas est bien confirmé” a précisé le ministère de la Santé et l’Agence régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARS Paca). “Il s’agit d’une personne qui était dans l’entourage de la personne déjà atteinte et qui avait été repérée par l’entente inter-départementale de démoustication comme sujet à risque.” François-Xavier Lorre, délégué de l’ARS Paca dans les Alpes-Maritimes a bien précisé qu’en aucun cas il ne s’agisait d’une épidémie ou d’un début de crise sanitaire avant de donner plus d’informations sur la situation du jeune homme touché : il “va bien. On a fait les prélèvements et les analyses rapidement car il présentait tous les symptômes (maux de tête, fièvre supérieure à 38,5 degrés et courbatures)”

 

Toujours est il qu'une dizaine de personnes sont elles aussi en observation et que l'on pousse les examens car on pense qu'elles sont aussi porteuses de la Dengue !

Le virus est bien implanté en France et certainement pour des années....

Derrière ce virus se cache une nouvelle preuve du réchauffement climatique pour ce virus habituellement rencontré beaucoup plus au Sud .

 

 

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 06:33

 

 

Voilà peut être une première preuve du réchauffement climatique en France,si preuve il y a encore à donner !

Il s'agit du premier cas de Dengue ,cette maladie tropicale définie ainsi par l'OMS:

 

La dengue est transmise par la piqûre du moustique Aedes porteur de l’un des quatre virus de la dengue. Elle sévit dans les régions tropicales et subtropicales de la planète. Les symptômes apparaissent 3 à 14 jours après la piqûre par le moustique infecté. La dengue est une maladie fébrile qui touche les nourrissons, les enfants en bas âge et les adultes.

Les symptômes vont d’un syndrome fébrile bénin à une forte fièvre incapacitante avec éruption, céphalées intenses et douleurs rétro-orbitaires, musculaires et articulaires. Il n’existe pas de traitement antiviral spécifique de la dengue. Il est important de maintenir l’hydratation. L’utilisation d’acide acétylsalicylique (aspirine par exemple) et de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ibuprofen par exemple) n’est pas recommandée.

La dengue hémorragique (fièvre, douleurs abdominales, vomissements, hémorragie) est une complication potentiellement mortelle qui touche principalement les enfants. Un diagnostic clinique précoce et une prise en charge attentive par des médecins et des infirmières expérimentés augmentent les chances de survie.

 

Ce cas a été observé dans les Alpes Maritime chez une personne qui n'avait pas voyagé,preuve que des moustiques porteurs de ce virus sont désormais présents en France ! Ce ci est donc la preuve que les conditions climatiques dans cette région ont changés et se rapprochent de conditions sub tropicales =réchauffement climatique.

 

Si cette maladie est arrivée jusque chez nous d'autres feront certainement aussi leur apparition dans les années à venir,comme le paludisme ?

Voici les  précautions à prendre selon le journal de TF1 :


http://videos.tf1.fr/jt-20h/un-cas-de-dengue-dans-les-alpes-maritimes-6066354.html

 

Un peu dérisoire !

Vous pouvez aussi vous équiper de ces petits appareils solaires contre les moustiques.

Repost 0

Follow Decodurable on Twitter