Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 08:21
Nous prenons tous soin de nos petits bouts avec des produits de grande marque gages de séctité encore plus lorsque ces prdoduits vous sont distribués en maternité(il y a quelqes temps encore..)Mais ne cedez pas aux sites qui vous proposent désormais ses trousses gratuites en ligne !!
Et nous sommes là en présence d'une aberration,le gouvernement interdit la distribution de ces trousses en maternité pour des raisons de sécurité,cachée derrière des raisons de concurrence déloyale.Mais comble des choses on laisse des sites internet distribuer gratuitement ces produits "présumés dangereux"pour des organismes sans défenses...

Aussi Pampers, Nivea Baby, Mustela, Mixa Bébé… Ces marques inspirent la confiance des jeunes mamans, qui les reçoivent gratuitement dans les 600 maternités françaises par le biais d’échantillons. Des trousses contenant des crèmes, lingettes, savons adaptés aux nouveaux-nés leurs sont offertes par le personnel soignant. Le comité pour le développement durable en santé (c2ds), composé de 200 professionnels de santé, remet en cause l’innocuité de ces produits.

Doit-on craindre une crème qui cumule les «testée cliniquement», «hypoallergénique», «partenaire des maternités », «spécialiste de la peau des bébés», «s’utilise dès la naissance», «formulée sous contrôle médical»? Le c2ds stigmatise les industriels de la cosmétique qui distribuent des boîtes de naissance – Baby Trouss, Boîte rose, etc. – dans lesquelles les substances chimiques que le Comité dénonce forment un cocktail impressionnant. Parabens, EDTA, phénoxyéthanol,… : ces termes scientifiques incompréhensibles pour les profanes cachent des «poisons», selon le c2ds. Certains parabens, conservateurs de synthèse, perturberaient le système hormonal, l’EDTA serait toxique pour le rein, quant au phénoxyéthanol il se montrerait «très dangereux pour le système nerveux et le sang», affirme le c2ds. D’autant plus que, «chez le bébé, la peau, plus fine, est particulièrement perméable aux substances chimiques. En raison de l’absence de mécanisme biologique de détoxification efficace, ces substances passent directement dans la circulation sanguine générale.»

Autant de raisons pour passer là encore à des produits bios pour nos petits et à lire et relire les étiquettes.
Relisez une nouvelle fois mes articles sur les paraben,phtalates et les labels bios.
Repost 0
Published by bruno - dans produits
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:38
La lingerie fait rever et fantasmer,mais derrière ces produits affriolants se cache un tableau pas si sexy.
On apprend ainsi via une marque de lingerie anglaise(ecoboudoir) que :

  • 18 kg de CO2 sont relâchés dans l'atmosphère pour une seule paire de collants !
  • 20 000 litres d'eau sont nécessaire pour produire juste 1 kg de coton !
  • et que la culture de coton consomme chaque année 2 milliards de dollars de pesticides !



Un defile de lingerie d'un nouveau genre nous apprend tout cela:  link

les images peuvent paraitre à première vue hyper sexy,un défilé d'un nouveau genre? non pas tant que cela,il y a déjà quelques années souvenez-vous une vidéo du meme genre avait ete tournée pour protester contre la fourure animale.On y voyait des mannequins nues portant seulement des fourures et là du sang sortait et aspergeait le publique,une vidéo ultra dure et qui avait frappé les consommateurs...Quelques similitudes avec cette vidéo !Malheureusement je n'ai pas retrouvé cette vidéo ! Mais espérons que la diffusion de cette vidéo aura la meme portée,avec la meme prise de conscience des consommateurs;


Nous ne parlons là que de lingerie,imaginez les ravages d'une chemise,d'un pantalon???

Alors là encore achetez bio,coton ecologique et fibre bambou.
Allez sur mes liens favoris des produits de ce type sont mis en avant,un geste pour la planéte.

Repost 0
Published by bruno - dans produits
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 08:16
Et oui c'est fait le premier portable vert est officielement né,une prouesse réalisée par Motorola.


Avec un téléphone fait de bouteilles en plastique recyclées, le fabricant américain Motorola a indiqué cette semaine, lors du
CES de Las Vegas (le salon le plus important en matière de High-Tech),  qu'il entendait répondre aux soucis écologiques d'un nombre croissant d'utilisateurs.


MOTOW233Renew

"Non seulement la coque en plastique du MOTO W233 Renew est faite de plastique obtenu à partir de bouteilles d'eau recyclées, non seulement est-elle recyclable à 100%, mais en plus c'est le premier téléphone au monde qui soit neutre en matière d'émission de gaz carbonique", affirme Motorola.

Les émissions de gaz carbonique nécessaire pour fabriquer, distribuer et faire fonctionner le téléphone seront compensées par des investissements dans des sources d'énergie renouvelable et le reboisement en association avec Carbonfund.org

Le souci écologique s'est étendu jusqu'à l'emballage du téléphone, dans du carton et du papier tirés du recyclage, tandis qu'une enveloppe pré-timbrée facilite le renvoi par la poste d'un ancien appareil, en vue de son recyclage.

Malheureusement, le Renew ne devrait être disponible que chez l'opérateur T-Mobile aux Etats-Unis d'ici à la fin mars...

Un bel exemple que d'autres firmes de haute technologie doivent maintenant suivre.
Repost 0
Published by bruno - dans produits
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 11:31

Tous nos entrepots et autres locaux industriels sont pour la plupart construits sur le meme model,un toit plat équipe de "sky domes".Ces entrées de lumière sont très peu efficace car la captation de la lumière ne se fait que lorsque le soleil est suffisament haut ,donc l'hiver la lumère naturelle est quasi inexistante.Donc obligation d'utiliser un éclairage artificiel,donc consommation d'electricité donc rejet de CO2.
Un astucieux "sky dome" existe pourtant qui permet de réduire de facon considérable la consommation d'électricité et aussi d'améliorer les conditions de travail,il est en effet préférable de travailler sous lumière naturelle que sous lumière artificielle.
Ce produit miracle est le "sun tracker one" de ciralight une firme US.
Regardez leure site et leur demo:

http://www.ciralight.com/flash/ciralightDemo.htm



Sous ses airs de vaisseau spatial ce dome est bien éfficace !

Repost 0
Published by bruno - dans solaire
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 09:12

Certains doutent de l'utilité des piles rechargeables,et laissent à penser qu'elles polluent autant que des piles classiques,or c'est faux.
Tout d'abord,les piles rechargeables ont une durée de vie beaucoup plus longue que les piles classiques. Elles sont réutilisables et peuvent être rechargées jusqu'à 1000 fois. Il existe aujourd'hui des chargeurs rapides, qui permettent leur rechargement en une heure ou un quart d'heures (contre huit heures pour les chargeurs classiques).

En outre les piles rechargeables dégagent les avantages suivants:

-Des économies significatives ; elles peuvent être réalimentées sur un chargeur branché sur une simple prise électrique ou l'allume-cigare de la voiture, en espaçant de façon très importante leur remplacement,

-Une diminution importante de la pollution ; elles engendrent jusqu'à 32 fois moins de pollution que les piles classiques dont 70% sont encore jetées parmi les ordures ménagères sans possibilité de recyclage.

-Un gain d'essence,puisqu'une fois achetée,plus besoin de faire la course oules courses pour se réapprovisionner avec ces dernières.

-La qualité constante de l'énergie délivrée, puisque grâce à leur rechargement, la qualité de l'alimentation électrique reste homogène tout au long de leur durée de vie.

Petit conseil, si l'on veut optmiser au maximum ses piles rechargeables il faut les recharger au maximum avant la première utilisation.

De nouvelles piles rechargeable font leur apparition,plus astucieuses que les précédentes générations,car rechargeables sur votre PC via un cordon USB,super pour son appareil photo numérique par exemple.
Ces USBcell économisent 7kg de CO2 et 3kg de déchet toxique,pas mal.
Lorsque l'on sait qu'en 2004, quelques 875 millions de piles ont été vendues en France,nous avons là un levier anti-pollution important !






Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 21:52
Pour ceux qui cherchent en savoir plus sur les mefaits de Roundup et de la firme Monsanto,voilà un site qui reprend en detail tous ce que l'on connait aujourd'hui de ce produit.

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?rubrique6


et voilà pourquoi on en arrive là:

Le Round’up de Monsanto est principalement constitué de glyphosate, la matiere active la plus utilisée au monde

Le brevet du glyphosate date de 1969 et la commercialisation de 1975. Mais les faiblesses de la procédure d'homologation sont bien mises en evidence par l’absence d’etudes poussées (koc, volatilisation,etc..) et le fait qu’il ait fallu plus de 20 ans (1998), pour que cette molécule soit analysable en routine dans les eaux. Ce sont d’ailleurs les consommateurs d'eau eux-mêmes, qui financent les travaux de recherche nécessaires à la détection....
Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 21:32
Il y a quelques semaines un jugement condamné la "célébre" firme Monsanto

 ans après des plaintes déposées par Eau & Rivières de Bretagne et l’UFC-Que Choisir et l’interpellation du Bureau de l’homologation des produits phytosanitaires et des services de la répression des fraudes par la Maison de la consommation et de l’environnement, le désherbant Roundup, premier désherbant vendu en France et dans le monde, a été jugé devant la 5e chambre du tribunal correctionnel de Lyon en décembre 2006.
Les dirigeants des sociétés MONSANTO (producteur du Roundup) de SCOTTS France (distributeur du Roundup) ont été condamnés le 26 janvier 2007 par le tribunal correctionnel de Lyon à 15 000 € d’amende, et diverses peines de publicité complémentaire pour publicité mensongère. Le 29 octobre 2008, la cour d'appel de Lyon a confirmé la culpabilité des 2 dirigeants et confirmé les peines infligées aux entreprises. Les deux dirigeants et les deux entreprises ont formé un pourvoi en cassation à l’encontre de l’arrêt de la cour, pourvoi qui devrait être examiné fin 2009.
Sur 6 produits Roundup, les étiquettes présentaient des allégations environnementales telles que notamment :
- 100% biodégradable ou biodégradable
- propre
- respecte l’environnement
- efficacité et sécurité pour l’environnement
- utilisé selon le mode d’emploi RoundUp, ne présente pas de danger particulier pour l’homme et les animaux domestiques.

Sur l’étiquette est à la fois inscrit : « respecte l’environnement » et « R51/53 : toxique pour les organismes aquatiques ».

De plus, la diffusion de message publicitaire abusivement rassurant sur l’innocuité du Roundup a conduit à une augmentation considérable des ventes de ce pesticide chez les particuliers, mais aussi chez les agriculteurs et les collectivités. On ne compte plus les fossés, bords de cours d’eau, abords de puits, terrasses et allées... désherbés au Roundup. Des surfaces particulièrement sensibles au ruissellement ou directement connectées à nos ressources en eau. Aujourd’hui, l’AMPA (métabolite du glyphosate) et le glyphosate sont respectivement les 1er et 3e types de pesticides les plus détectés dans les ressources en eau.

Et toujours dans l'ouest de la France maintenant c'est une équipe de chercheurs de l'Université de Caen qui vient de publier une étude sur ce dangereux herbicide:

Selon le chercheur de l'université de Caen rattaché au Comité de recherches d'informations indépendantes sur le génie génétique (Crii-gen), le Roundup est si efficace qu'il est dangereux pour la santé humaine, même à une dose infinitésimale. Gilles-Eric Séralini confiait à l'AFP qu'il a "travaillé sur des cellules de nouveau nés avec des doses de produits 100 000 fois inférieures à celles avec lesquelles le jardinier lambda est en contact. Les différents types de Roundup programment la mort des cellules en quelques heures". L'universitaire précise que les femmes enceintes et les personnes faibles sont exposées à des risques. De l'allergie au cancer, on a le choix. Mais, toujours selon Séralini, des études épidiémologiques seraient nécessaires pour préciser le type de maladies qu'une personne peut contracter au contact du désherbant.


Des cris d'alarmes sont lancés depuis des années également à l'étranger ou cet herbecide est largement utilisé
A quand l'interdiction de ce produit ?

Afficher l'image en taille réelle                                                           Afficher l'image en taille réelle
Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 09:57

La nanotechnologie,vous connaissez?

La nanotechnologie est la science de l'infiniment petit.


On recense plus de 500 produits issus de cette technologie et le principal secteur concerné est celui de la santé et des sports ( vêtements de sport, cosmétique, hygiène, médicaments…) suivi de l'électronique et de l'informatique.

Depuis plusieurs années, l'industrie des produits cosmétiques utilisent la nanotechnologie et incorpore des nanomatériaux dans ses produits. Du fait de leur très petite taille les nanomatériaux peuvent avoir des propriétés physiques et chimiques nouvelles. L’exemple le plus connu est celui des filtres solaires d’origine minérale. Autrefois les dioxydes de titane ( qui réfractent les rayons ultra-violets du soleil ) était incorporés dans les crèmes à l'échelle micrométrique ce qui laissait une pellicule blanche sur la peau. Dans certaines crèmes il est maintenant incorporé à l'échelle nanométrique ce qui permet de garder une transparence du produit tout en protégeant du soleil. On retrouve également des nano oxyde de fer dans les rouges à lèvres ce qui permet d'augmenter leur tenue. Ils peuvent être également incorporés dans d’autres formulations cosmétiques : crèmes, poudres, parfums, shampoings, vernis à ongles, dentifrices, etc.

Sauf que certaines études toxicologiques indiquent que les nanomatériaux peuvent pénétrer les barrières biologiques naturelles (alvéolo-capillaire, hémato-encapéhalique, hémato-placentaire, membrane cellulaire, membrane nucléaire...) leur diamètre leur permettant de franchir la barrière de l’épiderme, on peut alors retrouver des traces de ces nanoparticules dans le sang ou les urines. Dans ce cas, il existe probablement des risques de toxicité vis-à-vis de l’organisme.

Sauf qu'évidemment, lorsqu'on achète un produit on ne sait pas s'il contient ou non des nanoparticules dans sa composition…

Tout cela me conforte une fois de plus à acheter des produits naturels biologiquement certifiés(je vous renvoie vers mon article sur les labels) non pas parce que je suis contre ces nouvelle avancées technologiques mais parce qu'une fois de plus, nous les humains, nous nous ingénions à jouer les apprentis sorciers en commercialisant des produits novateurs sans être absolument sûr de leur innocuité.
Et franchement à moins d'être grâcement rémunérée et seulement si c'est mon choix, je n'ai pas du tout envie de jouer les cobayes.

Repost 0
Published by bruno - dans produits
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 11:36

On ne le sait peut etre pas mais des statistiques sérieuses existent sur la délinquance environnementale.
Et oui nos fonctionnaires francais verbalisent les hors la lloi de l'environnement,et les chiffres ne sont pas bon.

D'après le Figaro

Pour la première fois, une étude recense les infractions pour pollution, dépôt sauvage d'ordures, braconnage ou destruction de la faune et de la flore.

Ce sont les atteintes du quotidien : l'exploitation agricole dont les rejets s'écoulent discrètement dans le fossé, la cidrerie qui verse à la rivière le surplus de ses cuves, le sac de déchets mis au fossé par une main anonyme, le feu aux émanations irrespirables que l'on allume un jour de pluie pour se débarrasser de ses vieux pneus. Et puis les agressions contre la faune et la flore : braconnage, cueillette intempestive, destruction d'espèces rares. Autant de manquements qui brossent le tableau des atteintes à l'écologie, telles qu'elles ressortent du premier bilan exhaustif établi par l'Observatoire national de la délinquance (OND).

Sur la foi des statistiques de l'Office national de la chasse, de son équivalent pour l'eau et les milieux aquatiques, ainsi que de la gendarmerie, police rurale par excellence, les experts de l'OND ont pu recenser près de 60 000 infractions au droit de l'environnement pour la seule année 2007. Ce qui correspond à plus de 150 procès-verbaux dressés chaque jour par la police, la maréchaussée, les gardes forestiers et autres gardes-pêche, sans oublier l'activité des lieutenants de louveterie, spécialisés dans la traque aux mauvais chasseurs. Voilà des chiffres qui fleurent bon le terroir.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage nous révèle ainsi que les Raboliot pullulent en campagne, puisque deux tiers de ses saisies sont constituées de filets, de pièges, de lunettes de visée et qu'il a, par ailleurs, confisqué 66 véhicules et 476 armes l'an dernier.

 

Une police spéciale dans les parcs nationaux

 

La sanction se solde à 80 % par une contravention. «L'unique infraction au Code de l'environnement qui soit qualifiée de crime concerne la destruction par incendie de bois, forêt, lande, maquis ou plantation, dès lors qu'elle cause des dommages irréversibles à l'environnement», explique Christophe Soullez, chef de département à l'OND. Elle s'est appliquée à six reprises en 2007.

Dans un tiers des cas, ce n'est pas une atteinte directe à l'environnement qui est sanctionnée, mais le non-respect de règles administratives. Par exemple, l'allumage d'un feu «à moins de 200 mètres d'un terrain boisé».

Les atteintes directes à la faune et à la flore ont représenté 16 677 infractions l'an dernier, parmi lesquelles 161 départs de feu. Il faut y ajouter des milliers de dépôts d'ordures sauvages. La gendarmerie, à elle seule, a vu ces infractions exploser en trois ans, de 837 PV établis en 2005 à 3 849 en 2007 ! Elle a aussi pu constater un cas d'incinération frauduleuse de déchets sur le site d'une installation de stockage.

L'Office national de l'eau et des milieux aquatiques a, pour sa part, relevé 1 162 rejets polluants dans les eaux superficielles ou souterraines, sur les quelque 1 808 infractions de ce type constatées l'an dernier.

Dans les parcs nationaux, une police spéciale a vu le jour. Des Cévennes aux Écrins, en passant par le Mercantour et la Vanoise, leurs agents, chefs de secteurs et «gardes moniteurs», ont dressé 315 procès-verbaux. Sur l'île de Port-Cros (Var), ils aussi ont adressés 2 000 avertissements aux touristes et promeneurs pour seulement 55 infractions sanctionnées. Par culture, ces agents à la fibre écologique préfèrent la prévention à la répression.

Signe des temps : dans son rapport annuel, l'Observatoire de la délinquance a bien inscrit la catégorie OGM. Mais la colonne des infractions mises au regard de ce critère affiche le chiffre zéro. L'acte du coupeur d'OGM, lui, doit bien figurer dans une des rubriques pour atteinte à la flore

Repost 0
Published by bruno - dans news
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 21:11

Un cosmétique est une substance ou une préparation destinée à être mise en contact avec diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaires, les organes externes, les dents et les muqueuses, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, protéger, parfumer, maintenir en bon état le corps humain, de modifier son aspect ou d’en corriger l’odeur. Les cosmétiques sont des produits d’hygiène et d’embellissement.

De manière plus générale, la cosmétique est l’ensemble des procédés et traitements destiné à embellir.

Mais attention, certains composants que l’on trouvent dans les produits de beauté sont dangereux pour votre santé !
Ces composants dangereux se trouvent dans le maquillage, dans les shampoings, crèmes pour le corps, huiles pour le corps et le visage, les masques de beauté, les produits cosmétiques, produits pour se laver, parfums, démaquillant etc.

 

Voici différents composants dangereux que l’on trouve dans les produits de beauté :

Parabène : Conservateurs de cosmétiques tels que les crèmes, masques et d’aliments sous forme de methyl et propyl. On les emploie aussi pour l’industrie dans les huiles, matières grasses, cirages et colles. Sérieusement soupçonné d’être cancérigènes et allergènes.
Les esters de l’acide para-hydroxybenzoïque (esters de méthyle, éthyle, propyle, butyle ou benzyle) ou parabens, sont utilisés comme conservateurs dans des aliments, des produits cosmétiques et dans 1096 spécialités pharmaceutiques.
Le parabène présente une très faible toxicité générale et sont bien tolérés (des allergies peuvent tout de même survenir : urticaire, dermatite).
Une étude récente suggère l’accumulation du parabène dans le tissu mammaire.
L’accumulation potentielle du parabène dans le tissu mammaire pourrait être en une des causes d’augmentation du nombre de cancers du sein.
Nous attendons les prochaines études indépendante sur le parabène.

Propylène Glycol : Composé qui irrite la peau. Forme cosmétique de l’huile minérale utilisée dans les freins et les fluides hydrauliques ainsi que les antigels industriels.
Ce puissant irritant de l’épiderme peut éventuellement causer des déformations du foie et des dommages sur les reins.
Des études épidémiologiques révèlent un lien entre l’infertilité masculine et l’exposition professionnelle aux éthers de glycol.
Une diminution de la fertilité a été également rapportée chez les femmes travaillant dans des secteurs exposés aux éthers de glycol : changements sur la durée ou sur la régularité des cycles menstruels, difficultés à concevoir un enfant, malformations congénitales, etc.

Sodium Lauryl Sulfate (SLS) : Composé qui irrite la peau. Il est rapidement absorbé et retenu dans les yeux, le cerveau, le cœur et le foie ce qui peut avoir des effets agressifs à long terme. Le SLS peut retarder les guérisons, causer des cataractes chez les adultes et empêcher les yeux des enfants de se développer normalement.

Sodium Laureth Sulfate (SLES) : Il est, paraît-il, légèrement moins irritant que le SLS, mais peut être plus asséchant.

Formaldéhyde : Composant qui peut être cancérigène. Présent dans beaucoup de produits cosmétiques et des kits de manucure conventionnels.

Mineral Oil : L’huile minérale forme un film gras sur la peau et neutralise l’hydratation mais piège aussi les toxines et les déchets, et ce composant peut boucher les pores de la peau.

Petrolatum : Une graisse à base de pétrole employée en industrie comme composant de graisse. Le Petrolatum présente bien des propriétés potentiellement agressives identiques à celles de l’huile minérale.

DEA (diethanolamine) : Certaines études ont démontrées que cette substances chimiques pouvait être lier au cancer du foie et des reins suite à une application sur la peau de souris. Composé présent dans les bains moussants, shampoings, savons liquides, lotions corporelles et beaucoup d’autres produits.

TEA (triethanolamine) : Comme la DEA, la TEA est très présente dans les crèmes, lotions, shampoings et autres produits alors qu’elle peut être cancérigène.

PEG (Polyéthylène Glycol) : Employé dans une très large variété de produits d’hygiène corporelle.

AHA (Alpha Hydroxy Acid) : Peut Irriter la peau. Les produits d’hygiène contenant du AHA gomment non seulement les cellules mortes mais ils peuvent aussi endommager la barrière protectrice de l’épiderme.

Alcool : Comme ingrédient de produits comestibles, l’alcool peut rendre les tissus humains plus vulnérables.

Collagène : Une protéine fibreuse insoluble trop grande pour pénétrer dans la peau. Le collagène présent dans la plupart des produits de beauté est dérivé de peaux animales et de pieds de poulets hachés.

 

Une autre liste des composants qui présentent un danger pour la santé que l’on peut trouver dans les parfums et dans produits de cosmétologie :

Dibenzodioxines Polychlorées (PCDD)
Dibenzofuranes Polychlorés (PCDF)
Biphénylés Polychlorés (PCB)
Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)
Pentachlorophénol (PCP)
Paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP)
Isomères de l’Hexachlorocyclohexane (HCH)
Mercure et composés organiques mercuriels
Cadmium
Plomb et composés organiques du plomb
Composés organoétains
Nonylphénol / Ethoxylates de nonylphénol (NP/NPE) et substances assimilées
Musk xylène
Retardateurs de flamme au brome
Les phtalates - Dibutylphtalate (DBP) et Diethylhexylphtalate (DEHP)
Les autres muscs synthétiques nitrés et les muscs polycycliques
Les autres phtalates
Les autres éthoxylates d’alkylphénol
Le bisphénol A
Le PVC

En 2002, un laboratoire à testé 72 produits de beauté de marque pour tester la présence de phtalates, une famille de produits chimiques liés à des troubles de naissance de l’appareil reproducteur masculin. Les 3/4 des produits testés ont révélés la présence de phtalates, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe. En septembre 2004, une loi pour interdire une liste de produits connus comme toxiques dans les cosmétiques est entrée en vigueur.

Faites le test chez vous, prenez un gel douche, un shampooing, votre crème hydratante de marques courantes acheté en grande surface, ou même en pharmacie, et observez les composants en comparant avec les listes précédentes. Le danger est bien réel..


Article tité de:

<a href="http://www.danger-sante.org/cosmetique-produit-beaute-maquillage/">Les dangers des cosmétiques, produits de beauté, maquillage et produits pour le corps.</a>
Repost 0
Published by bruno - dans polluants
commenter cet article

Follow Decodurable on Twitter